Journée mondiale de la météorologie : «Le temps, le climat et l’air que nous respirons» 22 mars 2009

Chaque année, le 23 mars, l’Organisation météorologique mondiale, ses 188 Membres et la communauté météorologique tout entière célèbrent la Journée météorologique mondiale autour d’un thème particulier. Cette année, le thème choisi est «Le temps, le climat et l’air que nous respirons»

jmm


L’air que nous respirons change constamment. La croissance urbaine, la modification superficielle de la terre et le changement climatique, le tout stimulé par une explosion dans la population mondiale, changent la composition de notre air. Ces changements peuvent radicalement affecter le temps et le climat et, à son tour, notre santé et les écosystèmes.

feuillages02

Feuillages, photo MarieSophie pour Planète Vivante

Au cours des dernières années, l’observation des données mondiales et régionales s’est considérablement améliorée et la capacité de prédiction des conditions de la qualité de l’air a augmenté. En effet, dans de nombreuses régions du monde, une prévision quotidienne de la qualité de l’air est disponible en plus des prévisions météorologiques. Mais pour en arriver à ce stade, les météorologues ont dû travailler avec des scientifiques de différentes disciplines pendant des décennies afin d’améliorer les prévisions locales et régionales de la qualité de l’air et transformer ces données en informations utiles pour le public.

Lorsque les chercheurs ont compris que les agents polluants pouvaient persister dans l’atmosphère durant de longues périodes de temps et voyager sur de grandes distances, il est devenu impératif de trouver comment améliorer la prédiction de la qualité de l’air. Les météorologues avaient déjà des méthodes de prédiction et les scientifiques spécialisés dans l’environnement avaient des méthodes pour étudier le point d’émission des agents polluants, mais aucun système n’existaient encore pour croiser ces deux types de prédiction. Ce n’est que lors de la Convention météorologique de 1979 que ces deux communautés de chercheurs ont commencé à collaborer plus étroitement et que la prédiction de la qualité de l’air a été transformée. Grâce à des modèles numériques améliorés ces prévisions sont devenues possible à l’échelle régionale et de continents entiers.

En 2008, pour la première fois, la moitié de la population mondiale vivait dans des villes ou en zone urbaine.

« L’emplacement d’une ville peut jouer sensiblement sur la qualité de l’air. Aux basses latitudes, les températures élevées en été amènent à utiliser plus souvent la climatisation, ce qui aggrave la pollution. Aux latitudes supérieures, de la brume sèche se forme parfois l’hiver par un processus appelé inversion de température: l’air froid stagne près du sol, piégeant les polluants. La topographie intervient également. Une ville implantée dans une vallée subira les effets de l’inversion de température: les polluants sont piégés dans le bassin et les vents ne sont pas assez forts pour passer au-dessus des montagnes. Au contraire, la brise qui souffle à proximité d’un grand lac ou de l’océan peut prévenir l’accumulation des polluants. (Source OMM)

Pollution sur Paris (vue du Mont Valérien)

pollution_paris

Photo JM pour Planète Vivante

« On savait depuis longtemps que le degré de pollution dépend en bonne partie du vent, de la température, des précipitations et d’autres phénomènes météorologiques. Ce que l’on savait moins — mais dont on est maintenant de plus en plus conscient —, c’est que ces facteurs sont complexes et qu’il y a un lien entre la pollution de l’air et le temps.

Il est d’autant plus important d’étudier ces interactions que le nombre d’agglomérations de plus de 10 millions d’habitants ne cesse d’augmenter. Les mégapoles sont partout: Mumbai en Inde, Buenos Aires en Argentine, Karachi au Pakistan, Lagos au Nigeria, Mexico au Mexique, New York aux États-Unis d’Amérique, Paris en France, Tokyo au Japon, pour n’en nommer que quelques-unes.
Les villes grossissent dans le monde entier et la tendance ne présente aucun signe de fléchissement
« . (Source OMM)

buenos_aires_centre

Photo Hervé Théry, Clionautes

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s