Autour de Bali (2)


3319959115-bons-resultats-de-l-ue-dans-la-lutte-contre-le.jpg

Les dernières données publiées par la Commission européenne sur ses émissions de CO2 sont bonnes et les 15 pays de l’UE qui se sont engagés à réduire globalement leurs émissions de gaz à effet de serre de 8% d’ici à 2012 dans le cadre du protocole de Kyoto devraient y parvenir. /Photo d’archives/REUTERS/Christian Charisius

L’UE se pose en modèle pour la planète contre le réchauffement
Par Yves Clarisse Reuters – Mardi 27 novembre, 14h17

Forte de ses bons résultats en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre, l’Union européenne se pose en modèle afin d’inciter les autres pays de la planète à conclure un accord global pour lutter contre le changement climatique.

La Commission européenne a publié les dernières données sur ses émissions de CO2 avant la conférence des Nations unies sur le réchauffement qui se tiendra du 3 au 14 décembre à Bali, en Indonésie, pour adopter un plan d’action sur l’après-2012.

Les chiffres sur le respect du protocole de Kyoto sont bons.

Les 15 pays de l’Union européenne qui se sont engagés à réduire globalement leurs émissions de gaz à effet de serre de 8% d’ici à 2012 par rapport au niveau de 1990 seront en mesure de parvenir à l’objectif grâce à quelques efforts.

L’exécutif européen estime que les émissions de CO2 auront été réduites de 7,4% en 2010 par rapport au niveau de 1990, base prise en considération par le protocole de Kyoto, selon les informations collectées auprès des gouvernements.

Aucun engagement collectif n’a été pris par les « nouveaux » pays de l’UE, mais ils se sont engagés individuellement à suivre le mouvement, ce que montrent les chiffres pour la plupart d’entre eux, comme la Bulgarie (réduction de 41% en 2010).

POSITION DE FORCE

Les Européens estiment donc aborder la conférence de Bali sur l’après-Kyoto, qui s’achève en 2012, en position de force.

L’objectif est de lancer des négociations pour conclure en 2009 un nouvel accord des Nations unies sur la base des différents rapports alarmistes du groupe mondial d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

« L’objectif du futur accord doit être de limiter le réchauffement de la planète à 2° C au-dessus des températures de l’ère préindustrielle, afin d’éviter les effets les plus catastrophiques du changement climatique », a déclaré Dimas.

Cet objectif pourra être atteint si les émissions mondiales cessent d’augmenter au cours des dix ou quinze prochaines années et qu’elles sont réduites d’ici à 2050 d’au moins 50 % par rapport à leur niveau de 1990, les pays développés devant prendre en charge une part plus importante de l’effort.

L’UE propose que ces derniers réduisent collectivement leurs émissions de 30 % d’ici à 2020 et de 60 à 80 % d’ici à 2050.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.