Bali Conference : Mardi 4 décembre 2007


Des décisions d’ordre technique :

– création d’un groupe de travail chargé de concevoir le cadre et le calendrier des négociations climatiques après Bali ;

– permettre à l’un des deux organes subsidiaires permanents de la Convention climat de vérifier la bonne réalisation des transferts de technologies. Ces technologies permettent par exemple à des centrales thermiques de réduire leurs émissions de CO2.

Une militante écologiste à Bali

3094732760-climat-premieres-decisions-techniques-la-conference-de-bali-mais-le.jpg
Source AFP

« C’est très important que ce problème soit traité », a déclaré Yvo de Boer, car « les pays en voie de développement ont l’impression que les pays riches n’agissent pas assez pour transférer leurs technologies ».

Le Bangladesh, dévasté en novembre par un cyclone qui a fait plus de 3.000 morts, a insisté sur l’importance d’une action immédiate.

« Ce que nous subissons en ce moment au Bangladesh correspond exactement aux prédictions des experts du changement climatique », a déclaré Mozaharul Alam, du Centre d’études avancées du Bangladesh.

« Ce n’est pas que cela va se passer, le Bangladesh est d’ores et déjà confronté à ces problèmes », a-t-il ajouté.

A l’autre bout de l’échiquier, l’Union européenne (UE), souvent qualifiée de bonne élève comparée aux Etats-Unis, a elle répété des engagements déjà formulés.

« Nous croyons fermement que, dans le cadre d’un accord global sur le climat à propos duquel nous espérons que des négociations seront lancées à Bali, il est nécessaire que les pays développés réduisent leurs émissions de 30% d’ici 2020 », a déclaré Nuno Lacasta, coordinateur de la délégation portugaise et porte-parole de l’UE.

L’UE s’est engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de moins 20% d’ici 2020, voire de moins 30% si les autres pays industrialisés s’engagent.

« Il s’agit d’un immense défi. Selon nos analyses, c’est faisable sur le plan technologique et supportable économiquement », a dit M. Lacasta.

L’UE pense atteindre cet objectif en améliorant son efficacité énergétique et en promouvant les énergies renouvelables et les biocarburants.

« Ces mesures sont le genre d’initiatives que pourraient prendre d’autres pays, dont ceux en voie de développement », a estimé M. Lacasta.

Les Etats-Unis pourraient selon lui réduire leurs émissions de 4,5 gigatonnes d’ici 2030, « à coût modéré ». « 4,5 gigatonnes représentent en fait autant que ce que l’UE dans son ensemble émet aujourd’hui », a-t-il commenté. (Sébastien BLANC AFP – Mardi 4 décembre, 12h51)

Greenpeace  »Polar Bear » highlighting the problem of melting glaciers

cop13_04_4_348.jpg
Source : UNFCCC 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.