Désertification : mise au point


A lire dans le quotidien Le Monde du 12/01/08 l’interview du géographe Marc Bied-Charreton, président du Comité scientifique français sur la désertification (CSFD) « Demain, combien de terres stériles ? ».

desertification5.jpg
Photo extraite de l’exposition « Vivre en terres arides » du CSFD

L’article fait le point sur les tendances en termes de changement climatique et les conséquences prévisibles pour les régions qui seront touchées.

M.Bied-Charreton rappelle que la désertification n’est pas une progression naturelle des déserts (cf « Désertification » dans la page « Etudes Thématiques« ), souligne qu’une centaine de pays seront touchés dont la majeure partie en Afrique et que des conséquences en chaîne seront visibles à la suite du manque d’eau entrainant en premier lieu la disparition progressive de la végétation, provoquant érosion.

Les conséquences humaines seront également importantes avec l’apparition de migrations environnementales induites qui ont d’ailleurs déjà commencé de l’Afrique subsaharienne vers le Maghreb et l’Europe.

Cependant M. Bied-Charreton se montre optimiste sur les possibilités de stopper la progression de cette désertification en améliorant la gestion de l’eau et les techniques agricoles. Des techniques qui demandent de 300 à 400 dollars par hectare et par an, dépenses impossibles pour les paysans des régions du Sud et qui rendent indispensables les interventions extérieures des organisations internationales.

Quelques chiffres pour réfléchir :

40 % DES TERRES ÉMERGÉES, soit 60 millions de km2, sont des « terres sèches ». Le terme désigne toutes les terres qui connaissent un déficit en eau. Elles sont à

40 % SITUÉES EN AFRIQUE, à 40 % en Asie. Le reste se trouve en Amérique latine, en Australie, et dans la zone méditerranéenne.

Parmi elles, 10 MILLIONS DE KM2 seulement sont des déserts proprement dits (soit des régions où les précipitations sont inférieures à 250 mm par an). Dix autres millions de km2 sont déjà fortement dégradés par la désertification. Sur le reste, soit

40 MILLIONS DE KM2, on estime que 70 % risquent de subir le même sort dans les années à venir.

source : Le Monde 12/01/08

Liens :

FAO

Le Comité Scientifique Français sur la Désertification

Dossier du CIRAD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.