Cyclone Ivan : l’Est du pays ravagé, la capitale sous les eaux


Constat après le passage du cyclone Ivan : un bilan très lourd. Bilan très très provisoire de 2 morts et 9 disparus mais des milliers de sinistrés et sans-abri, dressé hier par le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes de Madagascar (BNGRC).

Diaporama à partir des photos de presse :

Bilan des régions les plus touchées :

En dépit de l’accès très difficile, un premier survol des zones touchées a pu être effectué hier par avion tandis qu’un hélicoptère parvenait à se poser à Sainte-Marie, d’où les nouvelles sont toujours aussi rares.

Sainte-Marie : pas de téléphone, parfois pas de radio, les habitants semblent avoir tout perdu sur l’île pour une grande majorité et restent isolés du reste du pays. « Les résultats des premières évaluations concernant l’île pourraient être connus aujourd’hui. On s’inquiète notamment du sort de neuf personnes annoncées comme ensevelies dans les décombres d’une aile de l’hôtel Antsara, données tour à tour mortes ou vives selon les sources. » (JIR)

Sur la Grande Île : nombreuses routes coupées : les nationales 1, 2, 7 et 36 en direction de Tananarive sont soient coupées soit sous le risque d’éboulements et d’inondations à tout moment puisque dans certains endroits de fortes crues risques d’empêcher le franchissement des ponts.

Ceci pose 2 problèmes majeurs :

– acheminement des secours très difficiles

– approvisionnement en vivres de la capitale guère possible

Plaine de Tananarive : Dès hier, l’urgence et les risques avaient été constatés et déclarés pour le débordement des rivières de l’Ikopa, de la Sisaony et de Mamba. La cote d’alerte a, en effet, été atteinte hier vers 2h00 du matin (heure locale GMT+4) et une crue s’est déclenchée, favorisant la rupture de certaines digues aux alentours de Tananarive, la capitale de l’île.

Selon un article publié dans les Nouvelles, quotidien de Madagascar, « les digues sont les plus vulnérables à la pression des eaux qui favorise leur rupture comme celles d’Ampasika, d’Ankadievo-Alasora, de Bemasoandro et d’Andohatapenaka. En outre, les digues d’Antsakaivo, situées entre Fenoarivo et Ampangambe-Ambohitrimanjaka, de Masindray-Ambohimanmbola ainsi que celles d’Anosimahavelona-Tanjombato sont déclarées en danger et les riverains ont été évacués d’urgence afin d’éviter le pire. »

Acheminement de l’aide pour les sinistrés :

A l’heure actuelle des réunions de crises des autorités malgaches et des ONG ont régulièrement lieu en fonction des nouvelles qui arrivent du terrain. Des plans d’action vont être décidés dans les jours prochains pour la répartition de l’aide alimentaire et des matériaux stockés.

L’île de la Réunion, à travers la Plate-forme d’intervention régionale de l’océan Indien (Piroi) reste à la disposition des autorités malgaches. Mais le plus étonnant est qu’aucune demande d’aide internationale n’a encore été officiellement formulée par le gouvernement malgache.

Le président Ravalomanana s’est rendu hier dans l’Est du pays pour constater les dégâts.

.

Publicités

2 réflexions sur “Cyclone Ivan : l’Est du pays ravagé, la capitale sous les eaux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s