Madagascar dépassée après le passage d’Ivan


Les cyclones Fame et Ivan ont fait d’énormes dégâts sur l’île de Madagascar. De plus, le cyclone Ivan, de catégorie 4 sur l’échelle de Saffir-Simpson, avait la même force que l’ouragan Katrina qui a dévasté la ville de la Nouvelle-Orléans aux Etats-Unis, comme le souligne Le Secrétaire exécutif du BNGRC.

Dès l’appel du gouvernement malgache à la communauté internationale, qui était représentée vendredi au ministère des Affaires Etrangères et dès la prise de connaissance des données (même encore provisoires), les partenaires internationaux, dont certains sont présents sur l’île, ont déjà ou vont entamer des actions de secours et de reconstruction dans leur domaine respectif.

– L’Union Européenne s’est engagée sur les infrastructures routières et le renforcement des stocks de pré- positionnement

– Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) fournira les vivres et les premiers secours

– La France dont le chiffre de l’aide avait été anoncé par le quotidien Madagascar Tribune

comme s’élevant à 40 000 euros est à réviser selon le communiqué émanant du Ministère des affaires étrangères française ci-dessous :

« MADAGASCAR

Le gouvernement français a participé, à la demande des autorités malgaches et aux côtés de la Croix Rouge française et de la Plate-Forme d’Intervention régionale de l’Océan indien (PIROI), aux opérations d’aide et de soutien aux victimes du cyclone Ivan.

La France a mis à disposition de la Croix Rouge française un avion Transall des Forces armées de la Zone sud de l’Océan indien (FAZSOI), pour l’acheminement depuis la Réunion des secours, ainsi que 40 groupes électrogènes et 20 tronçonneuses prélevés sur les stocks pré-positionnés du ministère des Affaires étrangères et européennes (Délégation à l’action humanitaire).

L’aide de la Croix Rouge française et de la PIROI s’élève à 250 000 euros, dont 40 000 euros d’aide française, à laquelle il convient d’ajouter les deux rotations du Transall. »

Donc attention, beaucoup de chiffres divergent à tous les niveaux tant en termes d’aides, qu’en termes de sinistrés et de personnes décédés.

– Les Nations-Unies et plus particulièrement son Représentant résident, se sont engagées dans une restructuration de la vie quotidienne des populations malgaches (réintégrations de logements, retour à la scolarisation, retour aux travaux agricoles).

Pour que l’aide soit efficace, elle doit être soutenue sur le long terme car les destructions sont particulièrement importantes et les conditions de vie des sinistrés gravement mises en cause. Des épidémies se pointent à l’horizon en raison de la précarité des hébergement et de l’ampleur des inondations, du manque de nourriture dans certaines zones également.

En ce qui concerne les stocks, le problème est particulièrement grave puisque le Ministre des affaires étrangères malgache souligne que « « malgré les efforts du gouvernement, la situation dépasse les moyens à la disposition de l’Etat pour venir en aide aux milliers de sinistrés », et le Secrétaire exécutif du BNGRC rajoute que « «les dégâts sont très importants. Nos stocks s’épuisent, vu l’ampleur et l’étendue des dégâts. Les populations sont devenues très vulnérables. Nous sommes pourtant en pleine saison cyclonique. Un autre choc pourrait anéantir les populations ». (Source Midi Madagasikara du 25/02/2008).

Le cas de Taomasina :

A Taomasina, 11.000 personnes sont sous protection sociale. Le Fonds d’Intervention pour le Développement (FID) est le premier organisme à intervenir dans la commune urbaine de Toamasina.

Le FID, Fonds d’Intervention pour le Développement, est un organisme financé par L’Etat Malagasy et la Banque Mondiale (IDA) pour la mise en oeuvre du Programme de Développement communautaire ou PDC. Son objectif est l’amélioration de la qualité et l’accès des populations bénéficiaires aux services fournis par les infrastructures de base sociales et économiques financées et d’accroître le degré de satisfaction des populations bénéficiaires quant à la fourniture de ces services.

Le système HIMO (Haute Intensité de Main d’Oeuvre) du bureau de l’Oganisation Internationale du Travail (OIT) a été mis en place au lendemain du passage du cyclone Ivan. Le comité mis en place au niveau de la commune urbaine de Toamasina a défini comme priorité, l’assainissement de la capitale économique.

Les quartiers les plus sinistrés sont:

Cité Harras, Andranomadio, Morafeno, la cité nouvelle ville et une partie d’Ampasimazava et Bazary be, mais également les boulevards Jean Ralaimongo et Joffre, ainsi que les quartiers de Tanambao II et III et Bazary kely. Les quartiers populeux très touchés par le passage du cyclone ont nécessité un déblayage et un grand nettoyage. Seulement 25 millions d’aryari ont été débloqués… Par ailleurs, les risques d’épidémie sont à craindre, si les débris ajoutés aux ordures ménagères ne sont pas dégagés à temps.

Enfin, dans la région Analajorofo et particulièrement à Soanierana Ivongo, Sainte-Marie, Fénérivo Atsinanana et Vavatenina les travaux devraient être commencés dès ce jour. La somme de 70 millions d’Ariary est disponible pour le démarrage des travaux. (Midi Madagasikari et Tribune de Madagascar)

A l’heure actuelle, les membres de la Croix Rouge et l’assistant du député continuent à collecter des informations nécessaires pour pouvoir évaluer les dégâts. Une structure sera mise en place en vue de collecter des dons en nature ou de l’argent pour venir en aide aux sinistrés et pour réparer les dégâts cycloniques. (Tribune de Madagascar)

Le cas de l’île Sainte-Marie complètement dévastée par le cyclone Ivan :

Des milliers de personnes, des maisons sans toit ou totalement détruites et des infrastructures très endommagées…

Dès la semaine dernière, directeur général de la SPAT (Société du Port Autonome de Toamasina) à envoyé des aides d’urgences de 20 tonnes de riz, des kits alimentaires de 500 kg et une enveloppe financière de 100 millions fmg.

Mise à jour de la carte de l’après cyclone sur Google Maps

A lire : Article sur le blog de Tomavana : Cyclone Ivan : 15.000 enfants de Madagascar ont besoin d’une aide d’urgence

l’article du Nouvel-Observateur du 24/02/2008

A voir : la vidéo de UNICEF TV : Another cyclone causes more devastation

A écouter : la Radio des Nations Unies

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.