Inondations catastrophiques en Equateur et en Bolivie (partie 1)


Depuis maintenant plus d’un mois, La Bolivie et l’Equateur, sous les effets de El Nino (cf la fiche définition en haut du blog), subissent des inondations sévères après des semaines de pluies torrentielles. Les deux pays ont décrété l’état d’urgence.

En Equateur, les régions les plus gravement touchées par les inondations apparaissent sur cette carte: ifrc_fl_ecu080226.pdf

Durant les dernières semaines, les inondation ont augmenté, affectant 11 provinces sur 24. Des pluies torrentielles sont encore prévues dans différentes provinces et des inondations probables jusqu’au mois d’avril. Des ruptures de barrages sont même à craindre. Beaucoup de communautés sont isolées et ont besoin d’assistance qui ne peut arriver que par avion ou petits bateaux, plus spécifiquement dans les villes de Nuevo Yaguachi, Puerta Inca, et Guayaquil.

ec27_a_ecuadorinundacion.jpg
Source : El Commercio Après les inondations les rizières sont affectées. Les paysans attendent un appui officiel pour recommencer à cultiver…

Les provinces de Los Rios, Manabí, el Oro, Guayas sur la côte, ainsi que celles du Chimborazo, Azuay and la Loja dans la Sierra (provinces andines) sont les plus affectées.

ecuador_google_maps.jpg
Cliquer pour agrandir l’image Google Maps

Selon les évaluations Gouvernementales, en date du 23 février 2008, les inondations ont coûté la vie à plus de 20 personnes et environ 300.000 sont sinistrées et environ 20.000 ont dû être évacuées. Ce sont 3,5 million de personnes qui sont directement ou indirectement affectées par les inondations. Les provinces du Guayas et de Los Rios, comptent respectivement 12 et 5 municipalités inondées, soit environ 10.461 et 51.285 familles affectées, dont 66 et 108 sont dans des camps d’hébergement.

Le gouvernement équatorien évalue aussi les dégâts en termes de logement, d’infrastructure et agricoles à la hausse puisque qu’ils s’élèvent à 200 millions d’USD. Les évaluations de Ministère de l’Agriculture évalue les dommages des récoltes à 30% et souligne qu’environ 30 % 102.783 hectares de terre sont inondées. Les bananes, le cacao, le sucre, le riz et les céréales sont les plus affectés.

int361307ro_1.jpg

int361307ro_7156.jpg
Photos El Diario, 27/02/08

Le gouvernement équatorien a déboursé 10 millions d’US$ pour répondre aux urgences immédiates et 25 millions d’US$ supplémentaires seront alloués plus tard pour la région côtière. Un fonds agricole de secours est établi pour assurer la distribution de graines et d’engrais après le désastre.

Une réunion de coordination a eu lieu entre tous les acteurs nationaux, y compris l’Armée, la police, le Ministère de la Défense Nationale, le Ministère de Coordination, la Défense et le Ministère de la Costa pour développer un plan d’action et dresser la carte de ressources disponibles. Le Ministère de la Costa a donné la priorité aux secteurs de protection sociale, aux infrastructures et aux premiers soins des populations.

Le Centre d’Opération Régional de Secours (COE), établi à Guayaquil, sous les auspices du Ministère de la Costa, rassemble les informations émanant des autres provinces. Cependant ces informations nécessitent d’être analysées et traitées afin d’avoir une idée précise sur les besoins. Des bons de secours (90 US$) sont disponibles, mais n’ont pas encore été distribués suite au manque d’informations. Seulement 20 % de la population affectée a reçu une aide du Programme Alimentaire de l’Equateur en raison des difficultés logistiques.

C’est pourquoi l’aide internationale est requise par le gouvernement équatorien en dépit d’une assez bonne organisation sur place en matière de résolution de crise, par rapport à d’autres pays du Sud.

Même si de plus en plus d’aide arrive de l’extérieur du pays (Etats-Unis, Argentine, Venezuela, Espagne, Japon et Chili ainsi que du Pérou) (El Comercio), le bilan est très lourd.

ec27_a_ecuadordonacion.jpg
Source : El Comercio

– Une équipe d’Évaluation et de Coordination des Désastres des Nations unies (UNDAC) a été demandée ;

– des médicaments et un équipement médical ainsi que des denrées non périssables et des boissons ;

– des équipements de communication;

– des usines de traitement des eaux, deblocs électrogènes, des appareils de chauffage et des lampes de poche;

– trousses de premier secours et des équipements de secours (bateaux, moteurs);

– mais aussi des matelas, des couvertures, des tentes, des sacs de couchage et des moustiquaires et des kits de toilette. Ces donations devraient arriver directement dans la province du Guayas, à l’aéroport de Taura.

Les ONG et associations se sont déjà mobilisées :

UNETE : 3 missions envoyées et déployées dans les zones affectées entre le 7 et le 22 février pour des tâches d’assainissement, d’appui psychologique, d’amélioration des camps de sinistrés, des contrôle de qualité de l’eau (NB : 567 cas de dengue);

PAHO (Pan american health organization) et l’UNFPA (United Nations Population Fund) sont également présentes ainsi que l’UNICEF, la FAO et OCHA.

Publicités

Une réflexion sur “Inondations catastrophiques en Equateur et en Bolivie (partie 1)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s