Prévention cyclonique (1) : pourquoi ?


La saison cyclonique 2007-2008 n’est pas encore terminée mais déjà de violents systèmes aussi bien dans l’Atlantique que dans l’océan Indien ont eu lieu. La prévention cyclonique devient de plus en plus nécessaire et pourtant beaucoup de pays manquent encore d’infrastructures préventives adéquates qui expliquent en partie le nombre de personnes disparues ou sans abris.

Je ne reviendrai pas ici sur le pourquoi de la formation des cyclones, leur classement et leurs structures que vous pouvez retrouver sur ce blog, en haut, dans la rubrique « Catastrophes naturelles : cylones, typhons…« .

Mais par contre j’analyserai le caractère destructeur de ces phénomènes qui permet de répondre à la question suivante : pourquoi est-il nécessaire de mettre en place une prévention cyclonique adéquate ?

12076933.jpg
Cyclone Ivan 2008/02/21 Source


4 éléments naturels entraînent les principales destructions :

  • les précipitations pouvant être très abondantes. Elles sont une source d’aléas importants : inondations, glissements de terrain et coulées boueuses en particulier. Ces phénomènes ont causé la mort de la majeure partie des 9 000 victimes de la tempête tropicale Mitch en 1998, au Honduras et au Nicaragua ;

L’ouragan Mitch fut l’un des plus meurtriers et puissants ouragans enregistrés dans le bassin Atlantique, avec des vents atteignant 290 km/h.

zm38.jpg
USGS : Flooding and debris flows along the Rio Choluteca, Tegucigalpa, Honduras

  • une surélévation du niveau de la mer, anormale et temporaire ( » marées cycloniques « , analogues aux  » marées de tempête  » survenant, en hiver, en Europe). Ce phénomène est l’un des effets associés aux cyclones les plus meurtriers ;
  • la houle cyclonique dont les vagues générées par le vent, hautes de plusieurs mètres, peuvent être observées jusqu’à 1 000 km à l’avant du système cyclonique et représentent un danger pour les zones côtières ;

26-02-2007-les-degats-de-gamede-_38_bis.jpg
Houle cyclonique, Cyclone Gamède 2007, route du littoral, Réunion

  • les vents, dont les rafales peuvent atteindre des vitesses de l’ordre de 350 km/h. Les changements de direction, souvent brutaux, peuvent être à l’origine de dégâts considérables.

Cyclone Gamède, Ile de la Réunion, 27 février 2007

En addition aux aspects destructeurs, s’ajoutent les enjeux des phénomènes cycloniques qui sont au nombre de 3 :

  • Les enjeux humains : au nombre des victimes corporelles, souvent important (environ 6 000 décès chaque année), s’ajoute un nombre de sans-abri, potentiellement considérable compte tenu des dégâts des constructions. Les bilans sont d’autant plus lourds que le phénomène concerne souvent des pays en développement, au niveau d’équipements réduit ; les habitations y sont généralement très loin d’une conception paracyclonique adaptée. Les causes de décès ou de blessures sont surtout dues aux marées cycloniques et aux effets liés aux fortes précipitations (coulées boueuses, etc.).

2105280436-la-martinique-balayee-par-le-cyclone-dean.jpg
Destruction d’habitations en Martinique, cyclone Dean, AFP, Vendredi 17 Août 2007 23h13

  • Les enjeux économiques : un cyclone peut altérer gravement les outils économiques. Les dommages portés aux édifices, aux routes, aux voies ferrées ou aux infrastructures industrielles peuvent entraîner des coûts considérables : directs comme la reconstruction ou la remise en état, ou indirects comme la perte ou la perturbation d’activité. Les conséquences économiques peuvent également être liées à l’interruption des liaisons aériennes et maritimes ou aux dégâts portés aux réseaux divers (eau, téléphone, électricité). Enfin, l’agriculture étant prépondérante dans une grande partie des pays exposés, les dégâts sur les cultures peuvent être extrêmement préjudiciables.

3491321743-l-amerique-centrale-frappee-par-l-ouragan-felix-retrograde-en.jpg
Ouragan Felix, Honduras, ville de Puerto Cabezas, Reuters – Mercredi 5 septembre 2007, 07h36

2285691168_7189cc6353.jpg
Cyclone Ivan, février 2008, Accueil des sinistrés, photo Avylavitra

  • Les enjeux environnementaux : parmi les atteintes portées à l’environnement (faune, flore, milieu terrestre et aquatique) par les cyclones, on distingue les effets directs (destruction de forêts par les vents, dégâts des inondations, etc.) et les effets indirects (pollution des côtes par un naufrage, effets dus à un accident industriel ou technologique, etc.).

6 réflexions sur “Prévention cyclonique (1) : pourquoi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s