Forum de Paris : “Une Union pour la Méditerranée, pourquoi faire et comment ?” mars 2008


forum-paris-union-pour-mediterranee-pourquoi-faire-comment-2487696_224.gif

Après l’édition de 2007 qui avait réuni plus de 3 500 personnes autour de « L’Europe 50 ans après », le 4e Forum de Paris à pour thème : « Une Union pour la Méditerranée, pourquoi faire et comment ? ». Il se tiendra au siège de l’Unesco, qui abrite ces rencontres depuis 2004, les 28,29 et 30 mars 2008.

bandeau_forum_paris_euro_624.jpg

Cette année, personnalités du monde politique, chefs d’entreprise, scientifiques, universitaires et journalistes de la communauté internationale plancheront sur la récente adoption du projet européen d’une Union pour la Méditerranée. Ce grand dessein d’union des deux rives de la Méditerranée est à l’origine même de la création du Forum de Paris. Le Président de la République en a fait une priorité lors de son discours d’investiture le 6 Mai dernier.

img_1576.jpg
Photo MarieSophie pour Planète Vivante

Le rapprochement des deux rives de la Méditerranée est au coeur de la politique européenne, témoin le fait que la France et l’Allemagne sont parvenues à s’accorder sur le principe d’une Union pour la Méditerranée et les 27 dirigeants européens réunis à Bruxelles ont adopté le projet le 14 mars dernier.

Aux côtés d’Albert MALLET, président du Forum de Paris, se retrouveront des personnalités telles Hubert VEDRINE, Elie BARNAVI, Jean-Paul FITOUSSI ou Hassan ABOUYOUB. Jacques ATTALI introduira le Forum à l’occasion d’une grande conférence inaugurale. Après une intervention de Bernard KOUCHNER, Elie BARNAVI tirera la synthèse du forum avant le discours de clôture de Bertrand DELANOE (Programme)

Il existe depuis toujours des liens historiques de part et d’autre de la Méditerranée :

« La Communauté européenne entretient, depuis l’origine, des relations étroites avec les pays du bassin méditerranéen. La coopération entre la Communauté européenne et la région méditerranéenne a en effet débuté dans les années 1960-70, avec la signature d’accords de coopération économique et commerciale avec les pays du Maghreb et du Machrek et d’accords d’association avec ceux d’Europe du Sud-Est (Turquie en 1963, Malte et Chypre respectivement en 1972 et 1973). Elle ne cesse depuis de s’affirmer et représente aujourd’hui l’un des axes majeurs de l’action extérieure européenne. Essentiellement économique durant les années 1970-1980, cette coopération a, notamment depuis 1989, considérablement évoluée. A ce moment, l’Europe à pris conscience de la nécessité de mener une politique plus cohérente et globale dans cette région (…) » (Source : La politique européenne de la France. IVe Conférence ministérielle euro-méditerranéenne, Marseille, 15-16 novembre 2000)

Les relations entre l’Union européenne et les pays de la rive Sud et Est de la Méditerranée sont encadrées depuis l’automne 1995 par la conférence de Barcelone. L’Union de la Méditerranée essaye en fait de se construire petit à petit. Le processus de Barcelone regroupe les 27 pays de l’UE et 12 Etats du Sud et de l’Est de la Méditerranée :

Maroc, Algérie, Tunisie, Egypte, Israël, Autorité palestinienne, Jordanie, Liban, Syrie et Turquie, l’Albanie et la Mauritanie ayant rejoint le processus en 2007.

carte-union-europenne-mediterranee.gif

Le fonctionnement du partenariat repose sur un cadre institutionnel complexe dans lequel cohabitent deux dispositifs :

bilatéral avec la conclusion d’accords d’association, et multilatéral.

Tous les accords d’association, sont entrés en vigueur. De plus, l’Assemblée parlementaire euro-méditerranéenne a vu le jour en 2004. Enfin, La Fondation euro-méditerranéenne Anna Lindh pour le dialogue entre les cultures a été inaugurée à Alexandrie en avril 2005. C’est dans le domaine institutionnel que les progrès du partenariat sont les plus nets.

Le partenariat euro-méditerranéen se situe à mi-chemin entre l’intégration à l’Union européenne et l’aide au développement qu’elle accorde aux pays les plus pauvres.

Il comporte depuis l’origine, trois volets complémentaires : politique et de sécurité, économique et commercial, socio-culturel.

Le volet politique : renforcement du dialogue politique visant à créer «une zone de paix et de stabilité». Les participants s’engagent notamment à développer l’Etat de droit et la démocratie, à respecter les droits de l’homme et les libertés fondamentales. Toutefois, les difficultés du processus de paix au Moyen-Orient ont empêché l’adoption des mesures de confiance prévues dans la déclaration de Barcelone.

Le volet économique : le processus vise, à travers les accords d’association, l’instauration, progressive d’une zone de libre-échange d’ici 2010. Il prévoit une coopération financière à travers le programme Meda et les prêts de la Banque européenne d’investissement (BEI).
Le volet social, culturel et humain : développer les ressources humaines, favoriser la compréhension entre les cultures et les échanges entre les sociétés civiles.

Liens pour plus de détails :

Conseil de l’Union européenne, politique méditerranéenne

Europa, site de la Commission européenne, Relations extérieures méditerranéennes

Europa, le partenariat euro-méditerranéen

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s