Union pour la Méditerranée : Migrations et sécurité



Source

Dimanche 30 mars 2008, présentation sur la sécurité et le contrôle des migrations, principales préoccupations de l’Union européenne. Au cours de l’atelier de travail du Forum de Paris sur le thème « Pour une vision partagée de la circulation des hommes en Méditerranée », l’ambassadeur du Royaume du Maroc en France, Fathallah Sijilmassi, a souligné qu’ « « il est dangereux de limiter l’évocation des flux migratoires euro-méditerranéen à des images d’immigrés clandestins », avant de préciser, qu’ « 1 million de Marocains vivent en France, dont 60% sont des binationaux ». (RFI)


©Marion Urban/ RFI

A juste titre, le journaliste-écrivain, Slimane Zeghidour que « à l’heure d’Internet, la fermeture des frontières est devenu insupportable ». La politique française d’immigration choisie et contrôlée par le ministre de l’Immigration doit donc s’accompagner d’une amélioration du niveau de vie.

La Méditerranée est la première zone de migration au monde en raison des écarts de développement qui y demeurent entre le Nord et le Sud. Les flux migratoires apportent des intérêts, tant au Nord qu’au Sud. Au Nord, il permet, notamment, de pallier le vieillissement de la population ; au Sud, l’immigration permet la qualification et il est donc important de soutenir ces mouvements.

Des problèmes demeurent cependant et notamment celui de la pénurie de logements (déficit d’1 million en France) et par ailleurs, les pays du Maghreb ne sont plus uniquement des pays d’origine des migrants mais aussi des pays de transit pour l’immigration africaine et des accords bilatéraux de politiques conclus par la France d’égal à égal entre pays souverains avec notamment le Gabon, le Congo, le Bénin et le Sénégal, accords ne fermant pas les frontières de la France (Propos de Brice Hortefeux).

Missou Sbih, Ambassadeur d’Algérie en France, a déclaré : « Nous ne pouvons plus continuer à prôner la libre circulation des biens, des capitaux et des services et dans un même temps limiter la circulation des personnes. »

Il est clair que, pour le moment, le projet de l’Union Pour la Méditerranée résulte de négociations exclusivement menés entre les pays de l’Union Européenne et il est grand temps qu’une vision commune de la problématique migratoire. Fathallah Sijilmassi a ajouté, en outre, qu’actuellement il ne s’agissait plus seulement d’une politique migratoire, mais qu’il était indispensable de parler d’une population euro-méditerranéenne : la réalité à titre d’exemple, est que 1 million de Marocains vivent en France dont 60% sont binationaux (100 vols par jour entre la France et le Maroc…). Il ajoute que la question de l’immigration clandestine doit être certes traitée mais l’essentiel sont les communautés installée de part et d’autre de la méditerranée.

A ce sujet, lire l’hebdo du « Courrier International » hebdo n° 684 – 11 déc. 2003

Publicités

Une réflexion sur “Union pour la Méditerranée : Migrations et sécurité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s