Alimentation mondiale (1) : les causes de la menace de pénurie ?


Un tour des médias permet de mettre en évidence l’ampleur catastrophique que prend l’augmentation du prix des denrées alimentaires au niveau mondial et en particulier dans les pays déjà les plus démunis d’Afrique et d’Asie. Sur fond de crise économique mondiale dont la répercussion est visible concrètement au quotidien, des conflits risquent d’éclater dans des zones déjà fragilisées. Il ne se passe pas un jour, non plus, sans qu’il y ait un appel d’une ONG ou d’une agence onusienne ayant des difficultés à pallier les manques alimentaires des populations les plus touchées, faute de budget suffisant.

Un ouvrier pèse du riz dans le village de Tak Bai à 1 200 Km au sud de Bangkok (Thaïlande), le 5 avril 2008.
(Photo : Reuters)

Quelles sont les causes de la faim et de la menace de pénurie ?

En premier lieu, nous pouvons dénombrer un certain nombre de causes de la faim qui ont toujours existées dans les pays les plus démunis et qui sont souvent liées à des modes de vie, à des manques de moyens technologiques et financiers et qui se sont aggravées :

– beaucoup de personnes ont émigré vers les villes, venant gonfler une population urbaine déjà importante et souvent démunie, sans travail, avec des petits « boulots » temporaires. Ces migrations ont entrainé un accroissement rapide du secteur informel et le développement de bidonvilles. Dans ce cas, le peu de gain est à l’origine de la malnutrition.

Madagascar

Madagascar, Taomasina, secteur informel. Photo Planète Vivante, mariesophie

– une autre cause est celle de l’éloignement des marchés ou l’absence de chemins d’accès et de transport ;

– parmi les plus pauvres, certains n’ont pas de terres, ou de semences ou encore de matériel pour cultiver, ce qui explique souvent leur déplacement définitif vers les centres urbains qui apparaissent toujours comme des eldorados pour les plus démunis.

– enfin, la malnutrition et la faim sont également souvent liées à un déséquilibre de l’alimentation et notamment des carences en protéines et surtout la viande que les plus démunis ne peuvent pas acheter ou n’ont pas l’occasion de produire.

En second lieu, la menace de pénurie vient renforcer les risques de malnutrition et le problème de la faim des populations.

FAO 2005

Source : FAO, 2005

Des causes de rentabilité sont à l’origine de cette menace et l’une d’entre elle est le remplacement de cultures alimentaires de bases par des cultures de rapport. C’est notamment le cas en Afghanistan où environ 50 000 hectares de terres à blé ont été reconvertis pour le pavot ; ce phénomène a provoqué la baisse de la production céréalière et des hausses de prix qui affectent les plus pauvres. Donc, la plupart
des agriculteurs afghans ne récoltent pas assez de nourriture pour subvenir à leur propre consommation pendant toute une année et le Programme Alimentaire Mondial (PAM) doit intervenir.

En ce qui concerne le continent africain en particulier, certaines causes n’étaient pas facilement prévisibles ; c’est le cas, notamment, du VIH/Sida qui, d’ici 2020, privera l’Afrique australe de 1/5 de sa population active agricole, par décès dus à cette pandémie.

Le pire, en Afrique, est certainement l’impact mortel des conflits africains, qui sont la cause de plus de la moitié des crises alimentaires, comme par exemple dans le Nord de l’Ouganda ou au Darfour.

Afrique, continent ravagé (C. Marin, Ph. Rekacewicz, janvier 2000)

Monde de la Faim

Source : Le Monde Diplomatique

Il est clair qu’au vu de la situation actuelle, l’engagement pris par les gouvernements de réduire la faim de moitié d’ici 2015, dans le cadre des Objectifs de développement du Millénaire, ne pourra pas être atteint pour l’Afrique.

Par ailleurs, comme l’a signalé la FAO dès 2005, dans un rapport présenté au Comité de la sécurité alimentaire mondiale, le changement climatique menace d’accroître le nombre d’affamés dans le monde en réduisant la surface des terres agricoles dans les pays en développement.

« Dans une quarantaine de pays en développement pauvres, totalisant 2 milliards de personnes dont 450 millions d’affamés, les pertes de production du fait du changement climatique accroîtraient dramatiquement le nombre de sous-alimentés, torpillant ainsi les progrès en matière de lutte contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire » FAO, 26 mai 2005, Rome

Les ONG et les agences onusiennes, faute d’anticipation liée à la non information et au fait que l’aide d’urgence et l’assistance alimentaire en particulier, restent toujours les principales réponses face aux crises alimentaires, ne vont plus être en mesure, en raison de la crise économique mondiale actuelle, de répondre à la demande exponentielle. Par ailleurs, elles ne peuvent pas apporter de solution sur le long terme, ce qui explique aussi l’explosion des mouvements de population et les émeutes quasi quotidiennes.

Publicités

2 réflexions sur “Alimentation mondiale (1) : les causes de la menace de pénurie ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s