Alimentation mondiale (2) : Emeutes de la faim


Alors que les ministres du Développement du G8 se sont réunis les 5 et 6 avril à Tokyo, promettant leur aide aux pays pauvres (cf. « Réunion du G8 à Tokyo« ) , des émeutes contre la hausse des prix des denrées alimentaires éclatent un peu partout, en Asie (Bangladesh,Thaïlande, Philippines), en Amérique latine (Argentine , Mexique) et surtout en Afrique (Burkina Faso, Sénégal, Cameroun, Côte d’Ivoire, Egypte, Zimbabwe).

Manifestation contre le coût de la vie à Abidjan, en Côte d’Ivoire, le 1er avril 2008, © AFP/Archives – Kambou Sia

La semaine dernière, la tonne de riz a de nouveau augmenté de 31%, ce qui double son prix au cours des 3 derniers mois. Or, la pénurie alimentaire fera germer, sans aucun doute, les épidémies voire les famines, les conflits armés voire le terrorisme…

Le PAM (programme alimentaire mondiale) a averti que les coûts augmentant de plusieurs millions de dollars par semaine, il devrait restreindre son aide à 73 millions de personnes dans 78 pays, soit moins de 10% des sous-alimentés du monde entier.

En dépit d’une réunion le 2 avril à Addis Abeba, des ministres africains de l’Economie et des Finances et de leur avertissement de l’urgence de la situation, les émeutes n’ont pas pu être empêchées. Le riz est l’aliment de base dans de nombreux pays. C’est pourquoi il est considéré comme une valeur de référence sur les marchés financiers : ces derniers mois, il a augmenté de plus de 50% en Côte d’Ivoire, de 50% en Centrafrique, de 39% au Cameroun, de 45% au Sénégal, de 42% en Mauritanie, et il a atteint jusqu’à 300% de hausse en Sierra Leone. D’autres denrées, indispensables à la consommation quotidienne et souvent importées, ont également subi des augmentations comme la farine de blé et de maïs, l’huile de palme et d’arachide, le sucre et le lait.

Les solutions proposées lors de la réunion d’Addis Abeba pour sortir de cette crise sont nettes : allégements fiscaux et des droits de douane revus à la baisse mais l’accent a aussi été mis sur la capacité de l’Afrique à se nourrir elle-même.

En Haïti, les émeutes continuent depuis une semaine et hier les manifestants s’affrontaient aux forces de l’ordre devant le Palais présidentiel. Le Président, René Préval, a dû appeler à la rescousse les forces de l’ONU. Le risque dans ce pays est bien sûr la récupération politique par des groupes d’opposition ce qui entrainerait une dérive fâcheuse des évènements. Un appel pour une aide alimentaire d’urgence en faveur d’Haïti a donc été lancé par l’ONU hier.

Révolte en Haïti le 8 avril 2008, Photo AFP

Selon la Banque mondiale, une trentaine de gouvernements en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud risque de connaître de graves instabilités politiques et sociales. Elle fait remarquer que dans les pays en développement, l’alimentation représente jusqu’à 70% des salaires, contre 15% dans les pays développés.

Enfin, certains pays, comme la Mauritanie, connaissent une crise réellement sévère et sont menacés de famine. Cette vidéo en dit long…

Publicités

5 réflexions sur “Alimentation mondiale (2) : Emeutes de la faim

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s