Réunion du G7 et du Forum de Stabilité financière (FSF)


Le Forum de Stabilité Financière (FSF) a présenté hier aux Ministres des Finances G7 et aux Gouverneurs de la banque centrale un rapport faisant des recommandations pour augmenter la capacité de résistance des marchés et des institutions financières. Les actions recommandées portent sur cinq secteurs :

– Une surveillance renforcée des liquidités et la gestion des risques

– l’Amélioration de la transparence et des estimations

– les changements du rôle et des utilisations de crédits

– le renforcement des réactions des autorités aux risques

– des dispositions solides pour traiter le stress du système financier.

AFP/STEPHEN JAFFE, Les ministres des finances canadien, française, allemand et américain, lors d’une réunion du G7 à Washington, le 11 avril 2008.

Le plan prône également la mise en place, d’ici à la fin de l’année, d’équipes composées de régulateurs de plusieurs pays et chargées de superviser l’activité et la santé des grandes banques multinationales. La question des taux de change et de l’affaiblissement du dollar ont été également abordées. Il s’agit de rétablir sur les marchés financiers une confiance perdue depuis l’été 2007.

Selon les banquiers, les fluctuations « brutales » entre les grandes monnaies enregistrées au cours des dernières semaines représentent un danger : il est évident que la dépréciation continue du dollar, la trop lente appréciation du yuan, la sous-évaluation du yen et la surévaluation de l’euro face à la devise américaine sont significatives de ce danger.

Par ailleurs, le G7 oblige les banques à publier leurs pertes dans les cent jours, en leur demandant de façon pressante « de faire preuve de toute la transparence sur les risques auxquels elles sont exposées lors de la publication de leurs comptes semestriels ». (Source, Le Monde, 12/04/2008). Ceci implique une amélioration de la comptabilité et la transparence des engagements hors bilan des établissements financiers.

Le G7 attend pour octobre les propositions de l’Organisation de coopération et de développements économiques (OCDE) et du Fonds monétaire international (FMI) destinées à encadrer leurs futures activités.

Notons que Dominique Strauss-Kahn, directeur du FMI, a annoncé, le 9 avril, une croissance mondiale pour 2008 plus faible que prévu.

AFP/MANDEL NGAN

– Le produit intérieur brut (PIB) américain devrait ainsi croître de seulement 0,5 % en 2008 et de 0,6 % en 2009, ce qui représente une révision à la baisse de 1 point et 1,2 point respectivement par rapport aux prévisions de janvier. Le PIB avait augmenté de 2,9 % en 2007. C’est pourquoi il a appelé la Réserve fédérale américaine (Fed) à continuer de baisser son taux directeur.

– Le FMI a également encore abaissé ses prévisions de croissance pour la France, à 1,4 % en 2008 contre 1,5 % précédemment. Il table également sur une détérioration pour 2009, mais moins forte qu’ailleurs en Europe : la prévision pour l’Allemagne n’est que de 1 % et celle de l’Italie, de 0,3 %. Le FMI a donc également appelé la Banque centrale européenne (BCE) à baisser ses taux afin d’aider à relancer l’économie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s