Crise en Haïti : tentatives d’apaisement et déblocage de la Banque mondiale


Des milliers d’Haïtiens ont manifesté ces jours derniers, souvent violemment, dans la capitale et en province, pour dénoncer la brusque hausse des prix des denrées de base dans le pays. Le président haïtien René Préval a annoncé samedi une baisse du prix du riz pour apaiser la colère de la population et a dans la foulée remercié le Premier ministre Jacques-Edouard Alexis après les émeutes de la faim qui ont fait 5 morts et près de 200 blessés, selon un bilan non officiel.

Photo AFP, le Président René Préval

Jacques-Edouard Alexis, en fonction depuis 2006, a donc été renversé samedi à la mi-journée par une motion de censure votée à l’unanimité des 16 sénateurs présents, accusés de n’avoir pas répondu aux attentes de la population.

Photo AFP

La réduction de 8 dollars, soit 15%, du prix d’un sac de 50 kilos de riz, n’est qu’une mesure de courte durée puisque les prix des produits alimentaires ont flambé en une semaine en Haïti où un sac de 50 kilos de riz est passé de 35 à 70 dollars tandis que l’essence a connu une troisième hausse en moins de deux mois.

Photo AFP

Aujourd’hui, la Banque Mondiale a décidé d’octroyer une aide de 10 millions de dollars à la République d’Haïti pour aider le gouvernement à répondre à la crise alimentaire et « soutenir les efforts du gouvernement pour augmenter rapidement les programmes de minimas sociaux, y compris les repas dans les écoles, tout en poursuivant des mesures de long terme pour créer des emplois » (Yvonne Tsikata, directrice de la région Caraïbes à la BM).

Par ailleurs, d’après un rapport publié récemment, intitulé « Hausse des prix alimentaires, options de politiques gouvernementales et action de la Banque mondiale », la hausse du prix du blé à l’échelle mondiale a atteint 181% en février sur 36 mois et la hausse globale des prix alimentaires 83%.

Photo AFP

Selon la Banque Mondiale, « La production et les subventions pour la production de biocarburants, la hausse des coûts du diesel et des engrais, et le mauvais temps dans des régions où la production est habituellement élevée ont fait partie des facteurs qui ont généré cette envolée des prix alimentaires dans le monde ». Les cultures de certaines plantes destinées à la fabrication de biocarburants sont-elles à remettre en cause dans certains pays ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s