Crise alimentaire : quelles mesures ?


Comme nous en avons déjà parlé récemment sur ce blog, la « crise mondiale des prix alimentaires est une crise structurelle« . Tamara Kummer, porte-parole du PAM (Programme Alimentaire Mondial) à Paris, expose dans cette vidéo, le point de vue de l’organisation.

Présent dans 78 pays où il nourrit 73 millions de personnes, le PAM est l’agence humanitaire la plus importante au monde et joue un rôle essentiel concernant la sécurité alimentaire. L’Agence a fourni en aide alimentaire près de 88 millions personnes dans 78 pays dans le monde en 2006.

Le fait est que le monde est en proie à une véritable insécurité alimentaire que les ONG et les agences onusiennes ne résoudront pas d’un coup de baguette magique, même si des alarmes sonnent. La crise va perdurer comme le souligne la FAO, (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture).

Parmi les causes de cette crise, les biocarburants sont violemment montrés du doigt. Jean Ziegler, rapporteur spécial des Nations Unies pour le droit à l’alimentation, a appelé, aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) à changer sa politique de subventions agricoles et à cesser de soutenir exclusivement des projets visant la réduction des dettes. Il a même déclaré que « la fabrication de biocarburants est aujourd’hui un crime contre l’humanité ». Il a également critiqué l’Union européenne pour sa politique de subventions, l’accusant de dumping agricole en Afrique, critique à laquelle Barbara Helfferich, porte-parole du commissaire à l’Environnement Stavros Dimas a répondu : « Il n’est pas question pour l’instant de suspendre l’objectif fixé pour les biocarburants ».

Pesée de la canne à sucre sur le marché au gros d’Hyderabad, en Inde, photo AFP

Mais l’Union Européenne est, elle aussi, divisée sur ce point. Plusieurs dirigeants européens, dont le chef du gouvernement italien Romano Prodi, ont dénoncé le fait que les cultures destinées à la fabrication de biocarburants bénéficient d’aides importantes, la Grande-Bretagne demande la suppression de ces subventions et Michel Barnier pour la France souhaite également renégocier le fonctionnement des aides au développement, dans le cadre d’une « initiative européenne pour la sécurité almentaire » (Le Monde, 14/04/2008).

Rappel :

– Les carburants « verts » de la première génération – biodiesel et éthanol – sont produits avec des graisses et des sucres tirés de végétaux – blé, colza, maïs, betterave – également cultivés pour l’alimentation humaine et animale.

– La seconde génération de biocarburants, comme l’éthanol cellulosique, utilise elle les résidus, comme les fanes des betteraves, la paille du maïs, grâce à la thermochimie et à la gazéification.

Les 27 pays de l’UE devraient approuver le 7 mai des critères très stricts pour la production de ces biocarburants, selon la Commission.

La panicum virgatum, plante qui offre une alternative au maïs pour la fabrication de l’éthanol

Par ailleurs, lors de la réunion du comité conjoint pour le développement de la Banque mondiale et du FMI, les délégués ont également évoqué le réchauffement climatique, exhortant la Banque mondiale à trouver des financements pour aider les pays les plus pauvres à relever les défis posés par ce phénomène.

La Banque Mondiale a pris des mesures à moyen terme comme le quasi doublement de ses prêts agricoles en Afrique en les portant à 800 millions de dollars et à court terme, dans l’urgence (octroi de 10 millions de dollars à Haïti et envoi d’experts).

Enfin, selon le Fonds international de développement agricole (FIDA), une agence de l’ONU, pour chaque augmentation de 1 % du prix des denrées de base, 16 millions de personnes supplémentaires sont plongées dans l’insécurité alimentaire. Cela « signifie que 1,2 milliard d’êtres humains pourraient avoir chroniquement faim d’ici à 2025 ; 600 millions de plus que précédemment anticipé », prévient le document. Parmi les pays en première ligne : l’Erythrée, la Sierra Leone, Madagascar, Haïti, la Géorgie, le Burundi ou le Zimbabwe. (Source, Le Monde/correspondant des Nations Unies, le 14/4/08)

A lire : « Réfugiés de la faim« 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s