L’aide internationale arrive très lentement au Myanmar


Ce n’est qu’aujourd’hui que l’aide humanitaire à commencé à arriver au Myanmar, soit quasiment 5 jours après que Nargis ait touché terre !!! Les autorités birmanes ont distribué au compte-goutte les visas pour les différentes organisations.

«S’il y a une catastrophe dans la catastrophe, ce sont les autorités birmanes.» a déclaré Bernard Kouchner ce midi. Il a ajouté «qu’il y a deux bateaux français avec des hélicoptères devant l’embouchure de l’Irrawaddy, il y a des bateaux anglais […] il y a des bateaux indiens. Et nous n’avons pas d’autorisation. C’est vraiment très dommage. […] Qu’est-ce qu’on est en mesure de faire? On ne va pas envahir la Birmanie!»

Le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a évoqué la possibilité de saisir le Conseil de sécurité des Nations unies pour forcer Rangoon à laisser entrer l’aide.

Des manifestants demandent que l’aide internationale à la Birmanie soit autorisée avant la tenue du référendum, le 7 mai 2008 devant l’ambassade de Birmanie à Manille

© AFP – Jay Directo

Le bilan officiel et toujours provisoire de la catastrophe qui a ravagé le sud de la Birmanie a été légèrement revu à la hausse mercredi soir. Selon la télévision d’Etat, 22 980 personnes sont décédées et 42 119 autres portées disparues. Le précédent bilan faisait état de 22 464 morts et 41 054 disparus.

Selon l’agence Reuters : 1 million de sans-abris se trouverait dans les inondations du delta de l’Irrawaddy

Aide humanitaire :

De nombreux pays attendent l’autorisation de la Junte militaire birmane pour envoyer les organisations humanitaires et les visas qui ne sont pas délivrés. Il s’agit notamment de l’Union Européenne, des Etats-Unis et de l’Australie… qui réclament à la Junte de les laisser venir en aide aux Birmans !!!

© AFP – Jay Directo

Certaines ONG sont présentes sur place, comme l’Unicef (130 personnes délivrent les premiers secours d’urgence) : les premières évaluations menées, non seulement par l’Unicef mais aussi ses partenaires à Rangoon et dans la région de l’Irrawaddy, en particulier à Laputta, l’une des villes les plus touchées, montrent que les besoins essentiels portent sur l’accès à l’eau ainsi que sur des secours non alimentaires : matériel pour s’abriter, moyens d’assainissement, médicaments essentiels, moustiquaires. armi les secours d’urgence actuellement distribués, on trouve des pastilles pour purifier l’eau, du chlore, des solutions de réhydratation orale, des bâches plastique et des kits familiaux (matériel de cuisine et d’hygiène, jerricans).

L’installation de latrines séparées dans les sites d’installation des personnes déplacées est une autre priorité. Par ailleurs, l’Unicef porte une attention particulière aux orphelins et aux enfants qui ont été séparés de leur famille par la catastrophe (source UNICEF).

Une petite fille assise au milieu des décombres de sa maison au Sud-Ouest de Yangon May 7, 2008

REUTERS/Stringer (MYANMAR)

L’organisation « Save the Children » a pu fournir de l’aide à 30.000 survivants dans les régions touchées et le Programme alimentaire mondial (PAM) de l’ONU a commencé des distributions à Rangoon. Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, appelle les autorités birmanes à faciliter l’arrivée des sauveteurs et l’entrée des matériels de première urgence, a déclaré son service de presse.

Sources : AFP, Reuters.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s