Afrique du Sud : Immigration, déplacements et migration de population


Depuis le 11 mai 2008, des immigrés venus principalement du Zimbabwe et du Mozambique sont la cible d’attaques qualifiées de xénophobes, mais il semble plutôt s’agir de violences de noirs contre d’autres noirs, dans les quartiers de bidonvilles de la banlieue de Johannesburg (Afrique du Sud) … La première attaque a été menée par des habitants du bidonville d’Alexandra et a fait deux morts, dont un Sud-Africain, et 40 blessés. Les violences se sont rapidement étendues à d’autres townships (ghettos noirs en Afrique du Sud) de la capitale économique dans la semaine.

Photo Paul Botes, M&G

Le phénomène n’est pas nouveau, puisque les incidents xénophobes se sont accrus ces dernières années en Afrique du Sud, les immigrés étant accusés de contribuer à la criminalité, l’une des plus élevées du monde, et de prendre des emplois.

Quelques chiffres pour mémoire et des explications :

Population totale : 48,5 millions d’habitants (résultats du recensement de 2007) répartis environ comme suit :

– 79,5% de Noirs

– 9,2% de Blancs,

– 8,9% de Métis

– 2,5% d’Asiatiques.

La police surveille le quartier informel de Kya Sands, le 20 mai 2008

Photo Oupa Nkosi, M&G

L’Afrique du Sud est parfois appelée « nation arc-en-ciel », terme inventé par l’archevêque Desmond Tutu. Le pays bat des records en matière de criminalité : on y compte environ 20 000 meurtres par an, 30 000 tentatives de meurtre, plus de 50 000 viols et environ 300 000 cambriolages. Les publications officielles des statistiques de la criminalité de 2004, puis celles de 2005 montrent cependant que la tendance était en baisse assez sensible, surtout en ce qui concerne les meurtres et cambriolages. Ceux de 2006 montraient à nouveau des signes encourageants de diminution mais moins marquée que les deux années précédentes. Les chiffres de 2007 indiquent, par contre, une légère hausse (cf le quotidien Le Monde du 28 décembre 2004).

En 2005, l’Afrique du Sud a compté quelques 19 000 personnes assassinées, 55 000 personnes violées et 120 000 hold-up selon les chiffres cités par le Sunday Times. La criminalité et l’inaction du gouvernement étaient dénoncées comme mettant en péril la stabilité politique et sociale du pays. L’appauvrissement des habitants a fait l’objet de mobilisations en 2007 (cf. Eliminate the Slums Act).

Pourquoi les migrants africains vont en Afrique du Sud ?

Productrice d’un tiers de ses richesses et de la moitié de son électricité, l’Afrique du Sud se présente désormais comme le géant économique du continent africain, ce qui attire les populations des pays voisins, ou du moins attirait car l’Afrique du Sud est en pleine crise économique comme le reste du monde.

Rappelons que l’émigration est le fait de quitter son pays pour s’établir dans un autre, volontairement, et à l’arrivée, l’immigration, est l’entrée et l’établissement temporaire ou définitif dans le pays d’accueil. L’immigration peut aussi être forcée : c’est le cas des réfugiés. Dans le cas présent, il s’agit d’immigration de la pauvreté, souvent volontaire vers un Eldorado … mais elle est parfois aussi, en même temps, due à des problèmes politiques des pays d’origine de ces personnes.

Video du 20 mai 2008

C’est le cas des immigrants du Zimbabwe et du Mozambique (un des états les plus pauvre de l’Afrique). Mais on trouve aussi beaucoup de Nigérians et de Somaliens en Afrique du Sud.

« Zone de guerre »

Photo Oupa Nkosi, M&G

Ces émeutes très violentes ont conduit les autorités policières et militaires à protéger les populations de migrants qui se trouvent désormais, pour ceux qui sont restés, déplacées dans des camps. En effet, les violences ont fait plus de 40 morts et 16.000 déplacés depuis une dizaine de jours. Une nouvelle « forme » d’apartheid ?

Femme mozambicaine emportant ses effets personnels

Photo Reuters, 22 mai 2008

Depuis mardi au delà de la capitale économique sud-africaine, faisant craindre qu’elles ne se propagent à tout le pays.

Immigrants africains déplacés dans un camp de fortune

Photo Reuters, 22 mai 2008

Rappelons que les déplacés sont des migrants internes au pays qui ont dû être provisoirement (du provisoire pouvant durer longtemps parfois) relogés ailleurs contre leur gré. Ils sont de plus en plus nombreux sur la planète soit en raison d’aléas climatiques, soit pour des raisons politiques comme ici en Afrique du Sud.

Selon l’AFP le 23 mai 2008, « les violences xénophobes dans les townships sud-africains se sont propagées à la province du Cap et étendues à la communauté pakistanaise, même si le calme semblait revenu vendredi autour de Johannesburg où l’armée est déployée« .

De nouveaux troubles ont aussi été signalés à Durban (province du KwaZulu-Natal au sud-est). C’est pour cette raison que beaucoup de Zimbabwéens et de Mozambicains ont choisi de fuir, dès mardi dernier l’Afrique du Sud, se ruant sur les trains et à la gare routière.

Publicités

2 réflexions sur “Afrique du Sud : Immigration, déplacements et migration de population

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s