Lancement du satellite franco-américain Jason 2


Le satellite franco-américain Jason 2, visant à mesurer le niveau des océans, a été lancé avec succès dans l’espace vendredi 20 juin 2008 par une fusée Delta 2 depuis la Californie pour la mission Ocean Surface Topography.

Jason 2 permettra, à la demande des programmes internationaux d’étude et d’observation des océans et du climat, de mettre en place un système mondial d’observation des océans à l’échelle planétaire.

JASON-2 fait l’objet d’une coopération entre le CNES, EUMETSAT, la NASA et la NOAA.

L’océan est une vaste étendue d’eau qui couvre environ les 3/4 du globe terrestre, d’où l’importance de son étude avec d’autant plus de précisions qu’il est un des facteurs entrant dans le changement climatique. L’interaction océan/atmosphère, a de très nombreux impacts sur l’évolution du climat, à moyen et long terme, et également sur l’élévation du niveau de la mer, qui, dans ce dernier cas constitue un processus déjà en marche dans le cadre du changement climatique. Or, les observations par satellites sont très pertinentes et plus le nombre d’images sera grand plus la recherche sera facilitée, comme c’est déjà le cas pour d’autres espaces que les océans. Ce qui permet de dire que les enjeux de cette mission Jason 2 sont très importants dans l’avancement des recherches sur l’évolution du niveau des océans.

Parmi les thèmes de cette mission, il en existe un qui est important, entre autres, celui de la température de la surface des océans. Si cette température est aujourd’hui couramment mesurée par les satellites météorologiques, le satellite Metop (Eumetsat) sera l’un des contributeurs majeurs européens à la mesure de la température des océans. Des mesures complémentaires sont également apportées par les satellites d’observation de la Terre, tels qu’Envisat. Les océans étant le plus grand réservoir de chaleur de notre planète, la mesure de leur température est d’une importance cruciale pour l’étude des phénomènes climatiques. L’élévation du niveau de la mer est une des conséquences les plus importantes parmi les urgences du changement climatique mondial. A partir des satellites Topex/Poseidon et Jason 1, il a été possible de savoir que le niveau moyen de la mer s’est élevé d’environ trois millimètres par an depuis 1993. Jason-2 permettra d’aller plus loin dans la précision des données et de mieux comprendre les variations existant d’une année à l’autre.

Autre thématique importante, celle des glaces de mer. Les glaces de mer jouent, à travers leur très fort effet d’albédo, un rôle sur le climat et constituent un indicateur climatique sensible. L’étendue, la formation, l’âge ou la dérive des glaces de mer commencent à être mesurés avec une précision acceptable. L’amélioration des données sur la fonte des glaces au Groenland et en Antarctique est un point majeur dans la prévision de l’élévation future du niveau des océans. Les mesures de Jason 1 et OSTM/JASON-2, couplé avec d’autres informations fourniront des renseignements cruciaux sur les interactions existant entre la fonte des glacier et le réchauffement des océans et l’élévation du niveau de la mer.

Selon la NASA, la mission Jason-2 permettra également de mieux comprendre des phénomènes climatiques à grande échelle comme El Nino et la Nina qui peut avoir des impacts importants ; et les données de Jason-2 pourront être utilisées dans des domaines aussi divers que, par exemple, l’acheminement des bateaux, l’amélioration de la sécurité et de l’efficacité d’opérations d’industrie offshores, les directives concernant la pêche, les prédictions des ouragans et le contrôle du niveaux des lacs et des rivières.

Par contre, le CNES souligne qu’il faudra attendre le lancement du satellite européen Cryosat2, début 2009, pour que l’observation de l’épaisseur des glaces de mer soit accessible depuis l’espace. Ce satellite devrait également fournir la topographie précise de certains glaciers continentaux.

Autre thématique, celle de l’environnement côtier et littoral. Si il est actuellement possible de mesurer, grâce à des radars, la houle, sa direction, sa longueur d’onde et son amplitude, l’optique permet aussi de cartographier les champs de dune ou les traits de côte et, donc, d’en suivre l’évolution. Par contre, des recherches devront encore être effectuées pour améliorer l’interprétation des images couleur de la mer ou l’estimation de la bathymétrie. Par ailleurs, les données sur la salinité ou les courants de surface, ne sont toujours pas mesurables dans le domaine côtier, et ne le seront pas dans les prochaines années.

A voir : les photos du CNES sur Flickr

Une réflexion sur “Lancement du satellite franco-américain Jason 2

  1. bien documenté et pertinent…. enfin des informations sur l’espace et la mer.

    Il paraît qu’en octobre à Marseille se déroulera le forum Mondial des océans qui abordera tous ces sujets avec beaucoup de personnalités internationales?

    vous avez des infos sur BioMarine?

    Lucie Ocean’s

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s