L’Union pour la Méditerranée : un espoir de paix ?


Hier et ce matin, Nicolas Sarkozy a lancé l’Union pour la Méditerranée (UPM) par une série d’entretiens avec les chefs d’Etat des pays de la rive Sud. En effet, il ne faut pas oublier que l’un des buts de ce projet est aussi pour le Président français de gagner le combat contre le “terrorisme, l’intégrisme, le fondamentalisme” (cf. article sur Planète Vivante « Sommet de Paris pour l’Union pour la Méditerranée« ). L’enjeu est important puisque des rivaux et des adversaires, des nations hostiles au projet ou en conflit depuis des décennies doivent se retrouver au Sommet

Bachar al-Assad le 29 mars 2008 à l’ouverture d’un sommet des pays arabes, AFP/Archives – Awad Awad

Une quarantaine de chefs d’Etat et de gouvernement se retrouvent à Paris pour ce sommet (liste des participants). Rappelons que seule la Libye du colonel Mouammar Kadhafi a décliné l’invitation et que le roi du Maroc Mohammed VI a fait savoir samedi qu’il ne viendrait pas en raison d’un agenda « chargé » et qu’il serait représenté par son frère.

Ehud Olmert le 25 juin 2008 lors d’une session à la Knesset, AFP/Archives – Gali Tibbon

En plus de ces 43 participants, seront présents également le président de la Commission européenne José Manuel Barroso, le président de l’Union africaine (UA) Jean Ping, le secétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, invité d’honneur des cérémonies du 14 juillet, et l’émir du Qatar Hamad Ben Khalifa Al-Thani, président en exercice du Conseil de coopération des Etats arabes du Golfe.

A l’issue de l’entretien de Nicolas Sarkozy et du président syrien Bachar al-Assad, ayant eu lieu hier après-midi un communiqué commun franco-syrien a anoncé que le président Nicolas Sarkozy se rendrait en Syrie « avant la mi-septembre 2008 ». Par ailleurs, la Syrie et le Liban vont ouvrir des « ambassades » dans leurs capitales respectives et le président syrien «  »a souhaité que la France, avec les Etats-Unis, puisse apporter toute sa contribution à un futur accord de paix entre Israël et la Syrie ».

Pour mémoire, la Syrie, mise en cause dans l’attentat de l’ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri en 2005, suite à une enquête internationale, mise en cause qu’elle a toujours démenti toute participation. a été mise en quarantaine. Ceci explique que la visite du président Assad à Paris et sa participation annoncée au défilé du 14 juillet lundi, aient suscité de vives critiques.

Le monde ne changera pas en un jour, comme l’a déclaré à son arrivée le ministre suédois des Affaires étrangères Carl Bildt, mais la commissaire européenne aux Relations extérieures Benita Ferrero-Waldner a dit espérer de l’Union pour la Méditerranée qu’elle « redynamise » le processus de Barcelone et permette de résoudre certains problèmes « politiques » entre pays de la Méditerranée.

Le ministre des Affaires étrangères suédois Carl Bildt, le 13 juillet 2008 à Paris, AFP – Dominique Faget

La commissaire européenne aux Relations extérieures Benita Ferrero-Waldner le 1er juillet à l’hôtel Matignon à Paris, AFP – Jacques Demarthon

Parmi les entretiens privés avec Nicolas Sarkozy, notons celui du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan ce matin au palais de l’Elysée. Un entretien important puisque la Turquie joue le rôle d’intermédiaire dans les négociations qui se sont récemment ouvertes entre la Syrie et Israël, tout comme la France est intervenue auprès de la Syrie pour permettre l’élection d’un président au Liban. Par ailleurs, Recep Tayyip Erdogan a beaucoup hésité avant d’accepter l’invitation, car en Turquie, nombreux sont ceux qui ont vu dans l’UPM un moyen pour le président français de maintenir leur pays hors de l’Union européenne.

Nicolas Sarkozy accueille le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan (D) à l’Elysée, le 13 juillet 2008, AFP – Eric Feferberg

Les dirigeants palestinien Mahmoud Abbas et israélien Ehud Olmert se sont également rencontrés dimanche matin au palais de l’Elysée à Paris en compagnie du président français Nicolas Sarkozy. Israéliens et Palestiniens n’ont « jamais été aussi proches d’un accord de paix », a déclaré le Premier ministre israélien Ehoud Olmert. « 

Nicolas Sarkozy accueille les dirigeants palestinien Mahmoud Abbas (G) et israélien Ehud Olmert (D), le 13 juillet 2008 à Paris, AFP – Gérard Cerles

Ces entretiens entre le Président français et les différentes parties du Proche-Orient constituent un nouvel espoir de paix.

Publicités

Une réflexion sur “L’Union pour la Méditerranée : un espoir de paix ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s