La RDC : conflit ethnique et frontalier


De nombreuses crises secouent l’Afrique depuis plusieurs décennies. Cette année 2008 a été marquée par leur nombre grandissant et parmi l’une de cette crise, le conflit ayant lieu au Kivu, province orientale de la République Démocratique du Congo, ne passe pas inaperçu avec le développement de plus de 18 000 casques bleus (la MONUC-Mission de l’Organisation des Nations unies en République démocratique du Congo) , dans un pays qui a connu de nombreuses vagues de violences depuis 1997.

carte_afrique1

Source : Documentation française : « Le conflit des Grands Lacs en Afrique »

Même si la Monuc est apparue parfois comme insuffisante, elle constitue la plus importante des 18 missions de maintien de la paix de l’ONU et « doit veiller au retrait de toutes les troupes étrangères du territoire congolais, au désarmement des groupes armés et au rétablissement de l’autorité du gouvernement de la RDC sur son territoire » selon les termes de sa mission. De nombreux civils ont, certes, déploré, le manque de protection des casques bleus contre les violences des rebelles mais aussi des soldats de l’armée congolaise.

c02_16877557

Congolese tanks and thousands of displaced people stream into Goma in eastern Congo, Wednesday, Oct. 29, 2008. Thousands of refugees started streaming into the eastern provincial capital of Goma in the afternoon, impeded by army tanks, trucks and jeeps pulling back from the battle front. (AP Photo/Karel Prinsloo, The Big Picture, Boston Globe)

Carte de localisation des combats du Nord-Kivu

congo

Source : Courrier International/MONUC, 2008

En octobre 2008, les rebelles ont réussi à s’imposer aux Forces armées de la RDC (FARDC) et les soldats en fuite se sont conduits de façon particulièrement violente avec la population civile qui avait, suite aux combats, été obligée de se réfugier dans des camps, quasiment démunie de tout. La victoire des rebelles a montré l’incompétence du président Joseph Kabila en dépit du soutien de son voisin l’Angola.

c22_16923775

Congolese children look on in an IDP camp on November 2, 2008 outside of Goma, DR Congo. Tutsi rebel leader, General Laurent Nkunda forced thousands to flee their homes and refugee camps in Goma during a surge in fighting this week as conflict renewed in the DRC during the past two months. The U.N. Security Council met in an emergency session to address the deteriorating situation in the DRC on October 29, 2008 after the Congolese Army threatened to disband. (Uriel Sinai/Getty Images, The Big Picture, Boston Globe)

carte_grandslacs

Source : Documentation française : « Le conflit des Grands Lacs en Afrique »

En dépit d’un congrès tenu début novembre 2008 à Nairobi, afin de tenter de mettre un terme à ce conflit, le danger d’une extension de la crise à la totalité de la région des Grands Lacs n’est pas écarté. En effet, il est tout à fait clair que cette crise puise ses racines dans le génocide rwandais et qu’il s’agit, en tout premier lieu d’un conflit interethnique : en effet, les rebelles Hutus sont entrés dans la région en 1994, fuyant l’armée rwandaise ; depuis 1996, cette dernière a pénétré dans le Nord-Kivu menacé de violence en permanence. Le comportement des rebelles Hutus représente actuellement une des raisons majeures de l’instabilité de la RDC.

Ce dernier phénomène inquiète plus particulièrement le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) qui doit gérer un nombre croissant de personnes déplacées dans des camps, en raison de la permanence du conflit : selon un communiqué du Centre des Nouvelles de l’ONU, « un appel a été lancé cette semaine aux forces rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) de Laurent Nkunda, à la suite de plusieurs informations selon lesquelles des déplacés internes se trouvant sur le site de fortune dans la région de Rutshuru, subissent actuellement des pressions pour rentrer dans leurs villages ». En janvier 2008, le nombre de déplacés internes dans dépassaient les 840 000 personnes. Depuis la reprise de combats en août, quelque 250 000 civils ont fui, beaucoup d’entre eux étaient déjà déplacés.


c06_170322831

A boy looks on at the Mugunga displaced people camp, November 12, 2008 in the outskirts of the town of Goma, DR Congo. The head of UN peacekeeping has asked the UN security Council for more than 3000 extra troops to be deployed to the eastern region of DR Congo. The request is an attempt to protect civillians from the violence of rebel forces and the Congolese Army. (Uriel Sinai/Getty Images, The Big Picture, Boston Globe)

Il serait également dommage d’oublier que cette région des Kivu, est particulièrement convoitée pour ses ressources minières très importantes. En ce qui concerne les réserves de cuivre, par exemple, la RDC occupe à elle seule le second rang (70 millions de tonnes), après le Chili (88 millions de tonnes). Or, la tonne de cuivre qui se vendait 1 178 dollars en 2003, s’échangeait à 8 438 dollars en mars 2008. Pourtant, les Etats, et surtout les populations, profitent peu de cette richesse. A tel point que ces pays riches en matières premières se retrouvent souvent en fin de classement de l’IDH (indice de développement humain).

artoff568_richesses_congo

Source : Philippe Rekacewicz — janvier 2000-Monde diplomatique

Pour approfondir le sujet :

« Le conflit des Grands Lacs en Afrique », Documentation Française

Dossier France 24 : Combats au Nord-Kivu


Publicités

Une réflexion sur “La RDC : conflit ethnique et frontalier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s