Intensification des combats et catastrophe humanitaire à Gaza…


Vidéo de la chaîne de télévision AlJazeera le 30/12/2008 montrant les dégâts des frappes aériennes israéliennes sur les civils

Contrairement à ce qui a été dit, il ne s’agit plus d’une opération défensive de la part de l’armée israélienne mais bien d’une offensive.

L’inquiétude a fortement augmenté ce lundi 5 janvier devant le risque d’une véritable catastrophe humanitaire dans la bande de Gaza suite à l’intensification de l’offensive de l’armée israélienne.

Frappes aériennes israéliennes sur Gaza le 4 janvier 2009

20090105elpepuint_14

Photo AFP

Le bilan humanitaire est difficile à chiffrer, mais d’ores et déjà, il s’avère catastrophique et les chiffres de palestiniens ayant trouvé la mort ou étant blessés lors des attaques de Tsahal varient :

– selon des sources hospitalières palestiniennes, 50 personnes ont été tuées dans la bande de Gaza, lundi, portant le bilan, après dix jours de conflit, à au moins 555 morts et près de 2 700 blessés ;

– l’ONU rapporte un bilan de 517 morts, dont un quart de civils (mais il est possible que le bilan soit plus élevé) tout en soulignant qu’il est difficile d’établir un bilan précis des victimes civiles ;

– le Palestinian Center for Human Rights avançait un rapport le 4 janvier de 424 morts (pour la plupart des civils), incluant 88 enfants et 19 femmes.

Côté israélien, quatre civils ont péri et une quarantaine d’autres ont été blessés sous les roquettes et obus tirés sur le sud du pays. Un soldat israélien a été tué et 55 blessés dans l’offensive terrestre, selon l’armée israélienne (communiqué Le Monde)

« Les ONG présentes sur place ont tenu des propos alarmants, lundi, laissant entendre que la situation humanitaire, déjà grave, pourrait devenir encore plus préoccupante » (Le Monde/AFP). La responsable de l’équipe de l’ONG « Save the children » sur place, Annie Foster, a déclaré dimanche 4 janvier que « la situation avait atteint un niveau critique pour les enfants qui sont exposés à la violence, à la crainte et à l’incertitude. La diminution de ressources dans les foyers augmente la vulnérabilité des enfants, tout comme la coupure totale de l’électricité dans la Bande de Gaza« . L’ONG a averti que « le manque d’électricité et donc le manque de chauffage représentait un risque d’hypothermie pour les enfants, et particulièrement les bébés et les nouveau-nés ». Le Comité international de la Croix-Rouge affirme que « des blessés sont morts en attendant l’arrivée des ambulances », en raison des bombardement israéliens qui rendent « très complexe la coordination de l’envoi des ambulances » (le Figaro). Une équipe du comité, composée de quatre spécialistes, dont un chirurgien, a pu pénétrer aujourd’hui dans la bande de Gaza.

L’hôpital al-Shifa accueille de nombreux blessés, dont des enfants… Vidéo BBCNews

Le docteur  Mads Gilbert (norvégien), un des deux docteurs étrangers travaillant dans le plus grand hôpital de la Bande de Gaza, Al-Shifa, explique qu’ils ont reçu « une nouvelle vague » de personnes très sérieusement blessées ce lundi. Il a signalé que l’hôpital serait incapable de fonctionner plus longtemps à moins que des médicaments arrivent. Les gens sont en train de mourrir à cause du manque de matériel et de médicaments. Toutes les salles d’opération sont pleines. Hier l’hôpital fonctionnait avec deux patients par salle d’opération… Il déclare que « c’est un désastre complet  » (BBC World News 5janvier 2009).

L’ONG Human Right Watch déclarait le 30 décembre que ni Israël, ni le Hamas devait considérer les civils comme des cibles : en clair,  les bombardements israéliens sur la Bande de Gaza causant des morts de civils et les attaques de roquettes palestiniennes sur des secteurs civils israéliens constituent une violation de la loi internationale.

Au-delà du terrain des opérations militaires, la diplomatie tente d’interrompre le plus rapidement possible les combats dans la Bande de Gaza et les appels au cessez le feu et à des solutions diplomatiques se multiplient. Nicolas Sarkozy, en visite au Moyen-Orient pour deux jours, a appelé, lundi 5 janvier, à la fin des violences dans la bande de Gaza et à l’instauration d’une trêve humanitaire provisoire soulignant que la France condamnait l’offensive terrestre israélienne mais aussi la décision du Hamas de mettre fin à la trêve en reprenant les tirs de roquettes sur les populations civiles d’Israël.

Président français, Nicolas Sarkozy, avec le président de l’Autorité Palestinienne, Mahmud Abbas à Ramala, le 5 janvier 2009

20090105elpepuint_13

Pour comprendre : quelques témoignages à travers des écrits de bloggeurs résidant dans la bande de Gaza

« Moments of Gaza« , « In Gaza« , « From Gaza« 

Publicités

Une réflexion sur “Intensification des combats et catastrophe humanitaire à Gaza…

  1. Je propose à chaque français manifestant criant « Nous sommes tous des palestiniens » de lui retirer sa carte d’identité française et lui offrir une identité palestinienne, l’amener à Gaza et donc l’encourager à être réellement solidaire avec cette cause. A mon avis, pas moins de 1% continuerait la route. Non ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s