Le système de l’aide humanitaire est-il menacé ?


C’est la question que l’on peut se poser en voyant le nombre de catastrophes naturelles augmenter (Accroître la prévention des catastrophes naturelles dans le cadre du changement climatique) , la crise alimentaire s’étendre (925 millions de personnes ont faim, Alimentation mondiale (1) : les causes de la pénurie alimentaire, Crise alimentaire (2) :  émeutes de la faim) et les conflits se multiplier (La RDC : conflit ethnique et frontalier, Darfour : une solution ?, Zimbabwe, Mozambique, Afrique du Sud.

En août 2008, nous nous étions penchée sur le rôle et les implications des ONG humanitaires dans le cadre du changement climatique (ICI) et sur la l’information des ONG durant les catastrophes humanitaires, soulignant leur objectivité et leur rôle important pour les sauveteurs sur le terrain (ICI).

Mais qu’en est-il à l’heure actuelle dans le contexte de la crise ? L’Oxfam, même si elle est peu connue en France, vient de publier un rapport de première importance : « Le droit de survivre »

rapport_oxfam

Parmi les causes des menaces pesant sur l’efficacité de l’aide humanitaire, cinq sont principalement soulignées dans ce rapport :

1) Les conflits et la violence, qui ne touchent pas seulement les pays des continents fragilisés (RDC), mais qui surgissent aussi dans des pays considérés comme relativement stables (Kenya suite aux élections).

Camp de réfugiés de Mugunga, RDC

c06_17032283

Photo Uriel Sinai/Getty Images, 12/11/2008

2) Les catastrophes naturelles plus fréquentes et plus intenses, en relation avec le changement climatique : l’exemple de la saison cyclonique 2008 de l’Atlantique en est un exemple flagrant. En Haïti, environ 328 personnes sont décédées jusqu’à ce jour du fait du passage sur l’île des tempêtes Fay, Gustav, Hanna et Ike, parmi lesquelles 125 aux Gonaïves dans la plaine de l’Artibonite.

Des habitants de Gonaïves tentent de sauver ce qu’ils leur restent. Le 9 septembre de nombreuses rues de la ville sont encore très fortement inondées.

813-haiti_floods_xac108standaloneprod_affiliate56

Photo ARIANA CUBILLOS / AP

Environ 170.000 familles ont été touchées par les tempêtes et 151.000 personnes sont dans des abris temporaires. Environ 45.000 maisons ont été détruites ou très endommagées. (cf. Ouragans dans la Caraïbe : premier bilan de la saison 2008).

3) Des gouvernements parfois irresponsables sont à l’origine du manque de gestion de ces catastrophes et des crises conflictuelles

« En temps de crise, les entreprises privées et les particuliers, les partis politiques et les groupes de la société civile jouent tous un rôle clé dans la fourniture d’aide d’urgence à leurs communautés respectives. De fait, dans de nombreux cas, ces organisations sont les seules sources d’assistance » (Oxfam, Rapport)

C’est ce qui s’est passé lors du cyclone Nargis au Myanmar, en mai 2008 qui a fait plus de 138 000 morts et disparus et dont le gouvernement de la Junte a refusé l’accès aux humanitaires jusqu’à la venue du secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon… (La Birmanie ouvre le pays à tous les humanitaires).

23125682

Photo: Agence France-Presse — Getty Images

Oxfam rappelle que « (…) les institutions religieuses de toutes les religions du delta de l’Irrawady ont porté secours aux populations, dès les premiers jours qui ont suivi la catastrophe. Beaucoup de simples citoyens et d’entreprises birmans ont réagi« .

Ban Ki-moon dans un campement de la périphérie de Bebaye

2008-05-22t152825z_01_sin106_rtridsp_2_myanmar-cyclone_bebaye_articleimage

REUTERS/UN Photo/Evan Schneider/Handout (MYANMAR)

4) Pour être efficaces, les ONG humanitaires doivent répondre aux critères suivant :

– être capables de sauver des vies (pertinente, de bonne qualité et bien gérée)
– être fournie de façon impartiale, en fonction des besoins
– être redevable et assortie de mécanismes permettant de mettre en cause les manquements et les abus
– permettre de bâtir des solutions durables
– être suffisamment bien financées (Oxfam)

Notamment, « L’évaluation adéquate des besoins des populations touchées est parmi les domaines dans lesquels les interventions humanitaires ont, par le passé, fait preuve d’une faiblesse endémique » et « il est crucial d’estimer
efficacement les besoins, avec la participation des communautés touchées
« . (Oxfam)

D’autres organismes peuvent également aider les organisations humanitaires dans cette tâche : voir par exemple l’article « Google Earth : la cartographie au service de l’aide humanitaire« 

5) Enfin des solutions à long terme et des financements nouveaux doivent être trouvés pour que l’aide humanitaire puisse faire face aux besoins grandissants des populations touchées par ces crises, y compris les crises alimentaires. (cf. Oxfam pour des propositions détaillées)

« Face à l’accroissement des catastrophes climatiques et des investissements nécessaires pour y parer, Oxfam adapte sa façon d’appréhender les situations d’urgence et vise surtout à réduire la vulnérabilité des populations dans les pays du Sud. » (Oxfam)

Définitivement « La pauvreté et une mauvaise gestion des risques exposent des millions de personnes aux conséquences des changements climatiques » et « L’augmentation de 54% d’ici 2015 du nombre de personnes victimes de catastrophe climatique rendrait le système d’aide inefficace ». (Oxfam)

A lire aussi : Le Monde, 21/04/09

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s