Journée mondiale des Réfugiés 2009 « De vraies personnes, de vrais besoins »


La Journée mondiale des Réfugiés, le samedi 20 juin 2009, dont le thème est « De vraies personnes, de vrais besoins » souligne à juste titre que les réfugiés chiffrés à 42 millions et qu’en tant que personnes déracinées de force par les conflits et les persécutions ont de vrais besoins. Ce thème nous rappelle aussi que ces réfugiés ne sont pas des chiffres mais de vraies personnes possédant des droits et des besoins.

logo

Il s’agit d’une journée de sensibilisation : besoins en termes d’abris, de santé, d’instruction, de sécurité alimentaire, d’hygiène, de protection face à la violence sexuelle, de statut légal dans le pays d’asile. Une page spéciale a été réaliser à l’occasion où sont présentées des vidéos, les programmes pour le 20 juin… et un « tour » sur GoogleEarth

Le cas des sri-lankais :  Après plus de trente ans de conflit, l’armée sri-lankaise a vaincu les séparatistes tamouls des LTTE le 18 mai dernier, au terme de combats féroces qui n’ont pas épargné les civils.

Près de 200 000 personnes ont été déplacées par le conflit au Sri Lanka, depuis le début de l’année 2009. éplacés  : près de
La moitié d’entre elles ont fui à partir du 20 avril. 50 000 civils étaient encore coincés par les combats sur une bande côtière de 6 km2 dans le nord-est du Sri Lanka.

h_4_upl_1184094_be56_srilanka

Source : AFP, OCHA, ReliefWeb

Plus de 6 500 civils auraient été tués et 14 000 blessés depuis janvier 2009. Au total, plus de 70 000 personnes ont été tuées depuis le début du conflit à la fin des années 1970 (Source ONU).

Camp de déplacés internes de Tamouls ayant échappé à la zone des combats à Vavuniya (254 km au Nord de Colombo)

3480118015_3d933291de_o

4 Avril 2009. (REUTERS/ Stringer)

Comme le montrent les cartes, la guerre était confinée à une bande côtière de 10km2, coincée entre une lagune et la mer, près de Mullaitivu. Selon le HCR (Haut-Commisariat des Nations Unies pour les Réfugiés), « le district de Vavuniya concentrait l’essentiel des réfugiés de ce conflit. La situation y était dramatique. »

En effet, les 24 camps de Vavuniya accueillaient, jusqu’au 20 avril, 68 000 personnes ayant fui les zones de combat, selon les ONG. A partir du 21 avril, 90 000 réfugiés en plus étaient à déplorer en raison du lancement par l’armée sri-lankaise de sa « mission secours ». En conséquence, le site des réfigiés était saturé sans compter le manque d’eau, de nourriture, de toilettes et d’abris… La surpopulation de ces lieux a été estimée par l’ONU à 400%.

Soldats sri-lankais distribuant de la nourriture aux populations ayant fuit la zone de guerre controllée par les Tigres Tamouls

3480923524_3314553c5c_o

(AP Photo/Sri Lankan Army)

Le nombre de personnes déracinées de force en raison des conflits et des persécutions dans le monde atteignait 42 millions à la fin de l’année 2008. Le nombre de rapatriés diminue et les conflits étant de plus en plus longs, ces déplacements peuvent aller jusqu’à 5 ans, voire plus. Selon le rapport annuel « Global Trends » du HCR publié le 16 mai 2009, ce total comprend 16 millions de réfugiés et de demandeurs d’asile et 26 millions de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays.Ce même rapport indique que 80% des réfugiés dans le monde se trouvent dans les pays en développement, de même que la grande majorité des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays.

Des camps de réfugiés de plus en plus étendus : certains camps doivent s’organiser totalement à l’image de véritables villes, comme le montrent ces captures d’écran faites sur Google Earth.

Camps de réfugiés au Kenya (1), au Rwanda (2) et au Tchad (3)

dagahaley_kenya ghembe_rwanda treguine_tchad

Source Google Earth

Le HCR doit faire face à des situations de déplacement interne de plus long terme dans des pays comme la Colombie, l’Iraq, la République démocratique du Congo et la Somalie. Chacun de ces conflits a également produit des réfugiés qui fuient au-delà de leurs propres frontières. Le rapport compte 29 groupes différents de 25 000 réfugiés ou plus dans 22 pays, exilés depuis cinq ans ou plus et pour lesquels il n’existe pas de solution immédiate en vue. Cela signifie qu’au moins 5,7 millions de réfugiés vivent dans l’oubli. Par ailleurs, en 2008, seuls 2 millions de réfugiés ou de déplacés internes sont rentrés chez eux, chiffre ayant diminué en un an.

Ce phénomène explique que les Nations Unies ont mis en place une « approche sectorielle » dans le cadre de laquelle, dans les situations de déplacement, les différentes organisations se voient attribuer des rôles en fonction de leur expertise. Pour le HCR, il s’agit de la coordination de la protection, de la gestion des camps et des abris. Un véritable travail administratif et de gestion. (Source UNHCR)

Quelques chiffres pour terminer (et dont les médias parlent peu):

– La Colombie accueille l’une des populations de personnes déplacées les plus importantes dans le monde, soit environ 3 millions selon les estimations.

– L’Iraq accueillait quelque 2,6 millions de personnes déplacées fin 2008 (dont plus de la moitié déplacées depuis les 3 dernières années)

Des réfugiés iraquiens tentent de gagner leur vie au marché de Sayyida Zeinab, Damas.

syriaimage-3

© UNHCR/J.Wreford/janvier 2007
– >Plus de 2 millions de personnes déplacées dans la région du Darfour au Soudan

-La montée en puissance du conflit dans l’est de la République démocratique du Congo a conduit à un déplacement total de 1,5 millions de personnes.

Camp de déplacés de Mugunga, Novembre 2008, dans les environs deGoma, RD Congo.

c06_17032283

Photo Uriel Sinai/Getty Images

A voir : diaporamas (1,2)


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s