G8 à L’Aquila : première journée en demi-teinte


Au vu des résultats plus que tièdes de cette première journée (ou plutôt demi-journée) de réunion, il semble que le G8 ne soit plus l’instance adéquate pour régler les problèmes majeurs de la Planète. Les Sommets du G20 de novembre 2008 à Washington et de mars 2009 à Londres se sont révélés un peu plus efficaces que le G8. En effet, le point positif est que le G-20 rassemble des pays industriels importants et des pays émergents de toutes les régions du monde. Ensemble, les Etats membres représentent autour de 90 % du produit national brut mondial, 80 % du commerce mondial (incluant le commerce interne de l’Union européenne) et les deux-tiers de la population du monde. Le G20 représente donc un poids économique important et une large adhésion qui lui donnent  légitimité et influence sur la gestion de l’économie mondiale et du système financier (fiche « les forums internationaux« ).

rimg__MB24541

Da sinistra: il Presidente giapponese Taro Aso, il Premier canadese Stephen Harper, il Presidente degli Stati Uniti Barack Obama, il Presidente francese Nicolas Sarkozy, il Presidente del Consiglio italiano Silvio Berlusconi, il Presidente russo Dmitry Medvedev, il Cancelliere tedesco Angela Merkel, il Premier del Regno Unito Gordon Brown, il Primo Ministro del Regno di Svezia Fredrik Reinfeldt e il Presidente della Commissione Europea José Manuel Barroso durante la foto di famiglia nel primo giorno del vertice G8 a L’Aquila. SitoG8/ANSA foto: Maurizio Brambatti


Il est évident qu’il devient impossible de débattre de questions comme la crise économique mondiale, le changement climatique… sans les pays émergents comme la Chine, l’Inde, le Brésil, le Mexique et l’Afrique du Sud ou G5. Les appellations sont de plus en plus nombreuses puisque l’on parle aussi des BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine). Le prochain sommet du G20 prévu à Pittsburgh (Pennsylvanie) les 24 et 25 septembre sera crucial.

rimg_g518,0

From left to right: Indian Prime Minister Manmohan Singh, Brazil President, Luiz Inacio Lula da Silva, Mexican President Felipe Calderon, South Africa President Jacob Zuma and State Concillor, Dai Bingguo, during the G5 Countries family photo on the first day of the G8 Summit. G8website/ANSA Photo: Ciro Fusco

plantu

Source : Le Monde daté du 9 juillet 2009

– A L’Aquila, la question du réchauffement climatique était centrale. Le G8  a décidé de diviser par deux les émissions mondiales de gaz à effet de serre d’ici à 2050 par rapport à 1990 et de « 80% ou plus » celles des pays industrialisés, afin de limiter le réchauffement global à 2°C. Seul le président russe Dmitri Medvedev a affirmé que l’objectif de 80% de réduction des émissions était « inacceptable » après que son pays eut pourtant souscrit à la déclaration commune. En effet, la Russie refuse de sacrifier son économie pour la réduction de CO2 et évalue la fourchette possible entre 20 et 60% d’ici à 2050.

L’engagement du G8 sur le changement climatique, a été possible par la volte-face des Etats-Unis sur ce dossier depuis l’arrivée au pouvoir du président Barack Obama. « Le G8 souligne également que « les efforts fournis » doivent être « comparables« , et que les pays cinq principaux pays émergents (Chine, Inde, Brésil, Afrique du Sud et Mexique) et ceux du Forum des économies majeures (FEM), doivent se rallier à ces objectifs en vue du sommet de Copenhague, en décembre » (Le Monde, 8 juillet 2009, 22h28).

-En ce qui concerne les soutiens à la crise économique, un désaccord entre les pays qui veulent maintenir les aides et ceux qui veulent les diminuer…

– Pour l’aide au développement, le G8 promet de 25 milliards de dollars par an d’ici 2010, par rapport à 2004 avec une proposition « concernant les principes et les bonnes pratiques de l’investissement agricole international » avec notamment la prise en compte des achats de terres agricole dans les pays en développement (l’Afrique en particulier). Ce point est important car il devrait réduire l’aide alimentaire annuelle et touche au véritable problème structurel, à savoir celui d’une bonne mise en valeur des terres agricoles, si les engagements sont réellement respectés.

– Au plan international, pas de condamnation de la politique de répression de l’Iran et une condamnation ferme pour les tirs de missiles par la Corée du Nord.

Documents : Déclaration du G8 (08/07/09), Questions politiques (08/07/09), Déclaration de L’Aquila sur la NON-PROLIFÉRATION (08/07/09), Déclaration du G8 sur le terrorisme (08/07/09)

Publicités

2 réflexions sur “G8 à L’Aquila : première journée en demi-teinte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s