Après-typhon Morakot et crise politique à Taïwan


A ce jour, le bilan officiel du typhon Morakot s’élève à 153 morts et 460 disparus à Taïwan. Le Sud de l’île a été particulièrement touché avec près de 3 mètres de précipitations entre le 8 et le 9 août dernier. S’ajoute aux inondations provoquées par les pluies, la disparition du village de Hsiaolin, dans le comté de Kaohsiung, recouvert par des coulées boue. Il n’y avait pas eu de catastrophe naturelle aussi importante à Taïwan depuis le séisme de septembre 1999.

Coulée de boue suite aux fortes précipitations ayant enseveli le village de Hsiaolin, comté de Kaohsiung

Source : Photo REUTERS/Taiwan Military News Agency

Le président taïwanais, Ma Ying-jeou, qui a fait l’objet de vives critiques du fait de la lenteur des secours et de son refus initial de l’aide étrangère (afin de ne pas offenser la Chine continentale), a été pris à partie par les habitants des provinces du Sud, lors de ses visites la semaine dernière. Au désastre de la catastrophe naturelle engendrée par le typhon Morakot, succède une crise politique puisqu’un remaniement ministériel a été annoncé hier (jeudi 20 août), les ministres de la défense et des affaires étrangères ayant présenté leur démission.

Le président taïwanais s’adressant à la population au centre d’évacuation de Kaohsiung le 12 août 2009

Source : Photo REUTERS/Pichi Chuang

En dépit d’excuses présentées par Ma Ying-jeou et plusieurs de ses ministres en début de semaine, le climat est très tendu entre les habitants, et particulièrement dans le Sud qui est plutôt progressiste. A la catastrophe naturelle succède un froid politique indéniable.

La Chine a envoyé dès mardi, par avion 10 000 sacs de couchage, 10 000 couvertures… à destination du Sud de Taïwan. Un grand nombre de donations aux organisations et aux particuliers ont également été envoyées.

Source : Photo Xinhua
100 maisons préfabriquées, qui peuvent être montées rapidement, ont été envoyées depuis Shenzhen vers Kaohsiung

Source : Photo Xinhua

Par ailleurs, il est certain que l’impact du typhon risque d’avoir d’importantes répercussions en termes économiques du fait des dommages sur l’agriculture, le tourisme et certains secteurs industriels.  La question majeure est celle du temps que le gouvernement va mettre à débloquer des fonds pour reconstruire les infrastructures. Les prix alimentaires, qui avaient déjà augmenté avant le passage du typhon, dévastant de nombreuses zones agricoles, vont encore augmenter. Or, le sud de l’île de Taïwan abrite de nombreux cultivateurs et les fortes pluies ont endommagé leurs réserves de légumes et de fruits.

Le problème majeur à Taïwan est celui de la mise en place d’un plan de développement durable qui éviterait la construction d’infrastructures et d’habitations dans des zones à haut risque et non consolidées. La prévention existe , en partie, par l’intermédiaire du Central Weather Bureau qui a émis des alertes mais ce n’est pas suffisant. (Relire à ce sujet les posts « Prévention cyclonique (1) et (2) »). Taïwan va devoir se préparer à ce genre de catastrophes naturelles et mettre en place une réelle politique de prévention qui permettra d’éviter un tel désastre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s