ONU, changement climatique : peu d’avancées…


Mardi 22 septembre 2009, le Sommet sur le changement climatique, lors de la 64e Assemblée Générale de l’ONU, a beaucoup déçu. En effet, il était censé relancer la négociation d’un nouvel accord contre le réchauffement à Copenhague, mais aucune annonce de véritable changement n’a eu lieu et un échec de la Conférence de Copenhague est envisagé largement par certains pays.

www.reuters.com

Photo Reuters

Bilan :

Huit chefs d’Etat ou de gouvernement ont pris la parole, hier, lors du Sommet aux Nations unies. Tous ont abondé dans le sens d’un déblocage de la négociation, mêmes si les propositions n’ont pas toujours été concrètes.

Les Etats-Unis, via la voix de son président, B. Obama, s’engagent, notamment, sur l’objectif de ramener les émissions américaines de gaz à effet de serre à leur niveau de 1990 d’ici à 2020 par la suppression des subventions publiques aux carburants provenant des énergies fossiles tout en rappelant que les pays émergents doivent également s’engager. Il faut souligner que le Sénat américain n’a toujours pas voté le projet de loi réduisant les émissions de CO2 qui a été approuvé par la Chambre des représentants. Les républicains sont tous contre et les démocrates sont divisés. A moins de 3 mois de la Conférence de Copenhague, les Etats-Unis apparaissent comme un obstacle à la réussite de cette conférence.

La Chine s’engage à diminuer la croissance des émissions de gaz à effet de serre de son pays d’ici à 2020 par rapport à 2005. Le président Hu Jintao a annoncé une croissance de 15% des énergies non fossiles d’ici à 2020 en insistant sur le développement d’une économie verte. Mais il a rappelé également que la première préoccupation des pays en développement était fondée sur la croissance économique, l’éradication de la pauvreté et par là même l’amélioration du niveau de vie des populations… Une contradiction apparaît très nettement dans ce discours, quant aux priorités. Rappelons, par ailleurs, que la Chine est devenue le premier émetteur de gaz à effet de serre de la planète devant les Etats-Unis et que les deux pays rassemblent 40 % des émissions mondiales de CO2 !!!

L’Inde, pays émergent, reste en retrait par rapport aux déclarations chinoises et appliquera ses propres objectifs de réduction des émissions de CO2 , refusant de tenir compte demandes qu’elle juge « contraignantes » de la part des autres pays.

Le Japon, représenté par le nouveau premier ministre, Yukio Hatoyama, a quant à lui, confirmé sont engagement de réduire ses émissions de gaz à effet de serre d’un quart d’ici à 2020 par rapport à 1990 et a proposé un système d’aide aux pays en développement.

L’Europe est très largement en avance sur les autres continents grâce au paquet énergie-climat adopté lors de la présidence française par lequel l’Union européenne s’est engagée unilatéralement à réduire ses émissions de 20% d’ici 2020 par rapport à 1990.

A lire en complément : l’article de Slate.fr, « Changement climatique, il y a un plan B » sur la manipulation délibérée du climat ou géo-ingenierie ; ainsi que celui sur le web site de Cop15 Copenhaguen « Mixed reactions to UN climate summit » ; et enfin une série d’article sur le thème ONU/Climat sur RFI.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s