Piton de la Fournaise : alerte 1 maintenue


La crise sismique qui a eu lieu le 7 octobre 2009 sous le sommet du Piton de la Fournaise, entre les cratères Bory et Dolomieu, était importante puisqu’une analyse préliminaire des données a permis de comptabiliser 710 séismes.

Mesures scientifiques au Piton de la Fournaise

SELSR6279648

Photo archives Patrick Georget

Ces séismes ont été générés par un processus d’intrusion magmatique qui, pour l’instant, se localiserait en profondeur vers 300 m au dessus du niveau de la mer, soit 2300 m environ sous le sommet du volcan, selon l’OVPF (Observatoire du Piton de la Fournaise).

Aujourd’hui, vendredi 9 octobre 2009, la sismicité reste à un niveau 8 fois supérieur à la moyenne et malgré la diminution de l’activité sismique, l’analyse des données suggère que le processus d’intrusion magmatique se poursuit en profondeur.

La coulée de 2007

68768-7772

Photo Emmanuel Grondin

Le niveau d’alerte 1 (éruption imminente) est maintenu par la préfecture et Andrea di Muro (nouveau directeur de l(OVPF depuis septembre 2009) interrogé par Le Quotidien de la Réunion et de l’océan Indien sur ce maintien a répondu : « Nous n’essayons pas de faire des prévisions, mais de regarder les données que nous avons et de les communiquer à la préfecture qui adapte en conséquence le niveau d’alerte. Et dans le cas qui nous intéresse, ça ne semble pas judicieux de changer le niveau d’alerte dès que la sismicité baisse. La crise n’est vraisemblablement pas terminée« .

Depuis 2008, l’Observatoire a installé un réseau qui mesure en permanence la teneur en soufre des fumerolles. Quand le magma est proche de la surface, il libère le soufre qu’il a dissout ; il est donc possible d’anticiper la sortie de la lave à courte échéance. Pour le moment, aucun signal chimique n’a été enregistré, ce qui confirme, en autres, que la sismicité se situe à une profondeur intermédiaire, environ 2 000 mètres sous le piton de la Fournaise. Par ailleurs, A. Di Muro signale qu’ « il n’y a pas vraiment de gros volumes et de remplissage à grande échelle, mais des mouvements qui se situent dans le réservoir principal, au niveau de la mer« .

Le Directeur de l’Observatoire signale également, qu’en dépit de la crise du volcan, les repérages pour l’installation d’un système de caméras optiques décalées qui visent le Bory a commencé. Ces caméras permettront de détecter le moindre signe d’effondrement (Projet Under-Volc).

Le projet Under-Volc, consiste en l’installation d’une quinzaine de capteurs sur le site du piton de la Fournaise, doublant ainsi le réseau de l’observatoire. Des phénomènes, non visibles pour le moment, pourront être vues par des caméras, en particulier en profondeur et permettrons d’augmenter la capacité d’anticipation des phénomènes et de détecter de façon plus précise les éventuelles véritables éruptions.  Les données seront transmises par radio numérique et traitées en temps réel et mises à disposition de différents laboratoires, non seulement en métropole mais également au Japon, en Nouvelle-Zélande et en Allemagne. Le projet Under-Volc devrait être opérationnel avant la fin de l’année 2009.

Rappel : le Piton de la Fournaise est probablement le volcan avec le plus grand nombre d’éruptions par an dans le monde, avec 27 éruptions entre 1998 et 2007 et une moyenne d’une phase éruptive tous les 9 mois. L’activité du Piton de la Fournaise est surveillée 24h/24 par l’observatoire volcanologique par plusieurs réseaux de surveillance et de recherche. Si nous savons aujourd’hui prévoir les éruptions à long terme (plusieurs semaines), il est encore impossible de prédire la date et l’heure précises.

Vu l’activité intense, il est conseillé avant les randonnées au volcan de se renseigner via la presse de l’état de l’activité du volcan et de suivre les indications de l’ONF à l’entrée du Pas de Bellecombe et sur le terrain. L’accès au cratère Dolomieu est actuellement interdit par arrêté préfectoral en raison des risques d’effondrement de ses parois.

Ce risque est particulièrement important depuis l’effondrement du Dolomieu, en avril 2007, qui a profondément bouleversé la stabilité du massif. Le bord du Dolomieu est devenu très instable et certaines parties risquent de s’effondrer à tout moment.

Effondrement du Dolomieu sur presque toute sa surface (vu de l’ouest)

SELSR4889087

Le Quotidien de la Réunion et de l’océan Indien

A voir : video de l’éruption de 2007

A relire : Eruption de décembre 2008

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s