Le Piton de la Fournaise sous haute surveillance (29/12/2009)


Après 2 éruptions de très courte durée, les 5 novembre et 14 décembre, le volcan de l’île de la Réunion était revenu à une situation calme et la préfecture avait redescendu le niveau d’alerte à « l’alerte volcanique » le 24 décembre.

« Mais depuis le lundi 28 décembre, l’Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise enregistre « une augmentation modérée de la sismicité volcanique et des déformations de l’édifice volcanique ». L’accès à l’enclos du volcan est autorisé depuis le jeudi 24 décembre et un nouvel itinéraire vers le sommet a été ouvert. La vigilance volcanique est en vigueur, une éruption est possible à court ou moyen terme, dans les jours ou les semaines à venir, selon la terminologie du plan de secours spécialisé du volcan » (JIR 29/12/2009 ).

Le nouveau sentier (en rouge) part de la chapelle de Rosemont.


Source : ONF/Site Web de la Préfecture de la Réunion

Cependant, le volcan réunionnais est très surveillé par l’observatoire volcanologique, créé il y a 30 ans à peine (rattaché à l’Institut de physique du globe de Paris, IPGP, chargé de la surveillance des volcans français), et associé au laboratoire GéoSciences (université de la Réunion).

Webcam placée au Piton des Basaltes avec vue sur le Piton de la Fournaise

Source OPVF

Le 29 décembre 2009, comme le montre la webcam ci-dessus, la zone du volcan est, par ailleurs soumise à une vigilance météorologique de fortes pluies en raison de la présence des résidus de l’ex tempête tropicale David, vigilance qui sera maintenue dans la nuit du mardi 29 au mercredi 30 décembre 2009, les masses nuageuses du système continuant d’aborder la façade Est de l’île et provoquant localement de fortes pluies. Les seuils de fortes pluies pourront être atteints ou dépassés.

De nombreux chercheurs travaillent sur le Piton de la Fournaise, y compris des chercheurs étrangers, grâce aux données recueillies et distribuées par l’observatoire volcanologique. Un congrès international se tiendra d’ailleurs dans l’île, en octobre 2010, et sera consacré à la formation des caldeiras volcaniques, à partir de l’exemple de l’effondrement du cratère Dolomieu qui a eu lieu au cours de l’éruption d’avril 2007 et qui est considéré comme un cas d’école, en raison de sa rareté.

Un projet de grande ampleur, le projet Undervolc, portant sur l’installation d’un réseau de quinze nouvelles stations sismiques est en cours.L’acronyme Undervolc vient de l’intitulé du projet « Understanding Volcanic Processes » (Towards eruption prediction and risk mitigation, an application to Piton de la Fournaise volcano, la Réunion), soit en français « Compréhension des processus volcaniques : vers la prédiction des éruptions et la prévention des risques volcaniques, application au Piton de la Fournaise (Réunion).

En effet, à l’heure actuelle, au niveau planétaire, plus de 500 millions de personnes sont directement soumises aux risques dus aux éruptions volcaniques et cette population augmente rapidement. Installer des réseaux modernes de mesure rendra possible l’interprétation de l’état, en temps réel, des volcans et la mise en place d’une prévention efficace.

Le Piton de la Fournaise a été choisi afin de tester et de développer des hypothèses qui pourront être appliquées aux volcans des Antilles et de la Méditerranée, en raison de son activité exceptionnelle au cours de la dernière décennie puisque plus de 25 éruptions ont eu lieu à la Réunion. C’est donc dans cet objectif que des réseaux de mesures sismiques seront installés durant 3 ans et qui permettront aux chercheurs de mener à bien des études sur les réactions du volcan : mesures en continu des activités sismiques et volcaniques, déformation interne du volcan…

Les enjeux internationaux d’un tel projet sont importants. En effet, les mesures et la prévention des éruptions volcaniques sont cruciales pour la sécurité des populations situées dans des zones soumises à ce genre de risque : 2 millions de personnes vivent près du volcan Merapi en Indonésie, 4 millions près du Popocatépelt au Mexique et 3 millions près du Vésuve en Italie.

Pour mémoire, le Piton de la Fournaise est un volcan particulièrement actif avec une moyenne d’une éruption tous les 9 mois depuis 1997. Ses dimensions et son activité sont identiques à celles de l’Etna en Sicile et à celle du Kilauea à Hawaï.

Eruption Piton de la Fournaise en Avril 2007

Photo : B.navezLes panaches de fumée de l’éruption du Piton de la Fournaise (île de la Réunion) vus le 7 avril 2007 par-dessus la crête du Morne Langevin depuis les hauteurs de Notre Dame de la Paix.

En avril 2007, une éruption peu habituelle a eu lieu  causant la destruction du cratère du Dolomieu formant une caldera de 300m de diamètre au sommet et obligeant l’évacuation de la population du village du Tremblet, la fermeture de la route principale durant 7 mois ainsi que de nombreux problèmes respiratoires parmi la population en raison des émissions de cendres volcaniques et de gaz toxiques. Les chercheurs estiment que le Piton de la Fournaise menace environ 10 000 personnes sur l’île, habitée par 793 000 habitants au 1er janvier 2007 (source INSEE).

Eruption avril 2007

Photo : Serge Gélabert

Source : Projet présenté par l’Agence Nationale de la Recherche (ANAR) document intégral en anglais ICI

Une réflexion sur “Le Piton de la Fournaise sous haute surveillance (29/12/2009)

  1. Bonjour, je trouve vos articles très intéréssant sur le Piton de la Fournaise.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s