Suivre la saison cyclonique 2010 Atlantique et Pacifique Est


Comme chaque année, Planète Vivante suivra la saison cyclonique de l’hémisphère Nord. La NASA et la NOAA ont publié, hier (1er juin 2010) une animation sous forme de vidéo élaborée à partir des données fournies par le satellite GOES (Gestionary Operational Environmental Satellite) résumant la saison 2009 des cyclones tropicaux sur la région Atlantique.

Vodpod videos no longer available.
La saison 2009 des ouragans de l’Atlantique se composait de onze dépressions tropicales, dont neuf ont été baptisées en tempêtes tropicales. Trois se sont transformées en ouragans, dont deux ont accédé au stade d’ouragans majeurs (catégorie trois ou plus). Dans ce film, vous pouvez voir l’ensemble de ces tempêtes et leur trajectoire depuis leur formation jusqu’à leur extinction.
La NOAA (Administration océanique et atmosphérique nationale des Etats-Unis – National Oceanic and Atmospheric Administration) et le Centre de prévisions du climat (Climate Prediction Center – CPC) ont publié le 27 mai 2010 leurs prévisions officielles, (« 2010 Atlantic and E. Pacific Hurricane Season Outlooks »)  pour la saison des ouragans pour la région Atlantique (Atlantique-Nord, Caraïbes et Golfe du Mexique), prévisions élaborées en collaboration avec les scientifiques du NHC (National Hurricane Center – Centre National des Ouragans) et de la DRH (Division de recherche sur les ouragans – Hurricane Research Division) et pour la région Pacifique Est couvrant le Nord-Est du Pacifique, au Nord de l’Equateur [(cf. également l’article du 3 avril 2010 sur Planète Vivante « A deux mois du début officiel de la saison des ouragans dans l’Atlantique » suite à la Conférence 2010 du NHC tenue le 29 mars 2010 à Orlando (Floride)].

La NOAA rappelle que les ouragans peuvent se produire aussi bien lors d’une saison active que durant une saison relativement calme et qu’il suffit d’un ouragan ou même d’une tempête tropicale (comme la tempête tropicale Agatha) pour causer une catastrophe. Ces prévisions saisonnières sont donc particulièrement utiles pour la préparation à ces éventualités tant pour les résidents, que  pour les entreprises et les organismes gouvernementaux des régions côtières concernées, situées à proximité du littoral et qui doivent se préparer pour chaque saison cyclonique. C’est dans cet objectif que la NOAA, la FEMA (Federal Emergency Management Agency), le NHC et la Croix-Rouge américaine fournissent des informations de préparation et des mesures à respecter sur leurs sites web.

Elle rappelle cependant que ces prévisions donne une idée générale de la tendance prévue au cours de la saison à venir, mais qu’il est impossible de prévoir les ouragans qui s’abattront sur les littoraux. Par ailleurs, il n’y a pas non plus de prévision des niveaux d’activité pour une région particulière.

Image satellite de l’ouragan Ike (septembre 2008), crédit NOAA

En ce qui concerne la saison sur l’Atlantique :

Ces prévisions sont fondées sur :

1) des prévisions de facteurs climatiques à grande échelle auxquelles sont ajoutés les indicateurs les plus importants de l’activité des ouragans sur la région atlantique ;

2) les nouveaux modèles climatiques qui commencent à permettre de prévoir l’activité des ouragans saisonniers (Source : « 2010 Atlantic and E. Pacific Hurricane Season Outlooks » de la NOAA).

Il apparaît donc que la saison cyclonique de 2010 devrait être beaucoup plus active que celle de 2009.

Cependant, il reste encore des incertitudes comme la fiabilité des prévisions concernant l’impact de El Nino et la Nina, les limites des prévisions du modèle de la température des eaux de surface et le cisaillement vertical du vent, notamment au cours des mois où la fréquence des ouragans est la plus importante, à savoir d’Août à Octobre.

La NOAA donne les prévisions suivantes probables à 70% :

  • 14 à 23 tempêtes baptisées,
  • 8 à 14 ouragans,
  • 7 ouragans majeurs.

Cependant, il s’avère impossible de prévoir précisément les trajectoires, le nombre, le calendrier et la force de ces ouragans ou tempêtes tropicales.

Par ailleurs, en raison de la marée noire sévissant dans le Golfe du Mexique actuellement, la NOAA a pris en compte des statistiques historiques de l’activité cyclonique dans cette région basées sur des saisons supérieures à la normale en terme de nombre de phénomènes. Historiquement, toutes les saisons plus actives que la normale ont vu au moins une tempête tropicale baptisée dans le golfe du Mexique et 95% de ces saisons ont eu au moins 2 tempêtes tropicales baptisées dans cette même région. La plupart de cette activité (80%) se produit entre août et octobre. Mais, plus de 50% des saisons normales ont subi au moins une tempête baptisée dans cette région au cours des mois de juin et juillet.

Toutes ces explications montrent bien à quel point il est difficile de faire des prévisions précises et à moyen terme, en dépit de l’amélioration des modèles. Cependant il reste primordial d’effectuer des études prévisionnelles permettant de mettre en place des politiques de prévention pour protéger au maximum les populations.

De plus, 3 facteurs semblent favorables à une augmentation de l’activité cyclonique cette année :

1) Il y existe une augmentation régulière de l’activité cyclonique depuis 1995 ;

2) les températures de surface des océans (SST) sont exceptionnellement chaudes dans la région atlantique ;

3) L’activité de El Nino, dont le renforcement en 2009 a eu pour effet de diminuer les phénomènes cycloniques est actuellement neutre. Par contre, au cours des derniers mois, les modèles se montrent de plus en plus en faveur d’un développement de la Nina pendant l’été prochain, ce phénomène induisant une augmentation de l’activité cyclonique.

Enfin, d’autres organismes comme le Centre européen de prévision météorologique à moyen terme, l’UKMET, etc., développent également des modèles en faveur d’une saison active.

En ce qui concerne la saison sur le Pacifique Est :

En tenant compte des incertitudes, la NOAA a prévu

  • 9 à 15 tempêtes nommées ;
  • 4 à 8 ouragans ;
  • 1 à 3 ouragans majeurs.

prévisions à 70% de chances d’occurrence. Sur le Pacifique Est, la NOAA s’attend à des caractéristiques propices à une saison de faible activité, conditions qui seraient probablement renforcées si la Nina se développe. Historiquement, les saisons présentant des modèles climatiques similaires à ceux de cette année ont engendré une activité prête de la normale. C’est pour cette raison que la NOAA estime à 75% les chances d’avoir une saison cyclonique inférieure à la normale, 20% proche de la normale et 5% qu’elle soit supérieure à la moyenne.

En effet, la région du Pacifique Est connaît depuis 1995 une faible activité cyclonique, contrairement au bassin atlantique. Au cours des années 1995-2009, 60% des phénomènes cycloniques ont été inférieurs à la moyenne, 33% proche de la normale et une seule – en 1997 – a été supérieure à la moyenne.

Pour suivre la saison cyclonique 2010 dans le bassin Atlantique et sur le Pacifique Est : NHC (National Hurricane Center)

Page du NHC le 2 juin 2010

Source : NHC

La NASA a créé une nouvelle application Google Earth montrant les trajectoires des cyclones tropicaux superposées aux champs thermiques quotidiens permettant la formation potentielle de cyclones tropicaux (TCHP) dont voici une copie d’écran ci-dessous (Kmz à télécharger)

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Pour d’autres renseignements techniques et compléments d’informations, consulter les sites web énumérés dans cet article ainsi que la Fiche technique : Cyclones, Ouragans, Typhons, Tempêtes tropicales sur Planète Vivante et l’article « Le point sur la saison cyclonique sur l’Atlantique » (août 2009).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s