Résumé des avancées de la Pré-COP21


En premier lieu, deux annonces importantes publiées avant la Pré-COP permettent de souligner l’importance de cette réunion inter-ministérielle avant le 30 Novembre 2015

  1. l’annonce par l’Organisation météorologique mondiale (OMM et WMO en anglais) d’un niveau de concentration record des gaz à effet de serre dans l’atmosphère en 2014, à consulter ICI
  2. l’annonce par la Banque mondiale du risque pour 100 millions de personnes de basculer dans l’extrême pauvreté d’ici 2030 si des efforts de réduction des émissions de gaz à effets de serre et d’adaptation ne sont pas pris. Vous pouvez retrouver les explications du rapport de la Banque Mondiale sur Réchauffement climatique et Pauvreté dans mon article de blog du 10/11/2015

Les ministres réunis pour la « pré-COP 21 » au Bourget, France, le 8 novembre 2015. (AP Photo/Thibault Camus)

Certaines conclusions de la Pré-COP sont très vagues, notamment en ce qui concerne :

  • l’ambition : confirmation d’une volonté partagée de parvenir à un accord universel en décembre à Paris, un large consensus pour une révision périodique des contributions nationales,  le principe d’une présentation régulière de nouvelles contributions par tous les pays et un consensus sur une clause de non-retour en arrière : chaque nouvel objectif devra être plus ambitieux que le précédent.
  • l’équité : un soutien de plus en plus large à l’idée d’un système unique, avec des flexibilités en fonction des capacités.
  • sur les financements après 2020 : des signaux positifs pour des nouvelles annonces financières lors de la Conférence de Paris pour atteindre l’objectif des 100 milliards. Et l’idée qu’à côté des pays développés, les pays en développement en mesure de le faire soient encouragés à contribuer aux financements climat, est de plus en plus acceptée.

Un seul point plus précis porte sur les actions à mener avant 2020 : l’idée de faire le point en 2017 ou 2018 sur la mise en oeuvre des engagements prévus pour 2020.

nous avons discuté de plusieurs points comme l’idée de faire le point en 2017 ou 2018 sur la mise en œuvre de l’ensemble des engagements pré-2020. Rappelons à ce sujet que le Plan d’actions Lima-Paris pour associer les acteurs non-gouvernementaux recense aujourd’hui plus de 6 000 engagements individuels et collectifs. Un soutien faisant suite au Plan d’actions Lima-Paris (LPAA), initiative prise par la France et le Pérou pour associer les acteurs non-gouvernementaux.

Rappel : Le Plan d’actions Lima-Paris (LPAA) est une initiative conjointe de la présidence péruvienne de la COP20 et de la présidence française de la COP21, du bureau exécutif du Secrétaire général de l’Organisation des Nations unies et le secrétariat de la CCNUCC visant au renforcement de l’action climatique tout au long de l’année 2015, à Paris, en décembre et au-delà :

  • mobilisation d’une action mondiale vers des sociétés sobres en carbone ;
  • encouragement de l’action et de l’engagement des acteurs non-étatiques
  • mobilisation de nouveaux partenaires

 Sites à consulter en complément :

  • CUNUCC Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques
  • L’objectif des 2°C Résultat de la contribution des Etats

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s