6172255_haiti-2_1000x625

Ouragan Matthew : Haïti manque cruellement de moyens pour faire face… (actualisation)


Quelles mesures de prévention des risques ?

Haïti dispose de plusieurs organes gouvernementaux pour la prévention et la gestion d’une catastrophe de type ouragan (ou autre) mais qui ne jouent pas réellement leur rôle !

* le Centre National de Météorologie (CNM) : Le dernier bulletin concernant l’ouragan Matthew a été posté le 3 octobre à 2h00 AM (heure locale) soit 6h00 UTC : alerte de vigilance rouge (risque d’impact d’intensité violente à extrême) (à consulter ICI). Mais quel est le pourcentage de personnes en Haïti pouvant se connecter à internet ?

* le Secrétariat permanent de Gestions des Risques et des Désastres (SPGRD) qui a normalement un rôle d’alerte mais aussi de formation, d’éducation et de sensibilisation par rapport à de nombreux risques… mais dont les dernier documents et affiches destinées à l’information et la prévention datent de 2011 !

* le Service Maritime et de  Navigation d’Haïti (SEMANAH) institution spécialisée du gouvernement haïtien, l’Office National de l’aviation civile (OFNAC)…. dont le rôle est peu défini selon les recherches que j’ai effectuées sur internet…

En dehors de ces structures qui fonctionnent très sporadiquement, il reste un point très négatif concernant l’accès à l’information. Amélie Baron, journaliste en Haïti (AFP) souligne parfaitement la triste réalité de l’impuissance du gouvernement haïtien face à la gestion de crise et la persistance d’une société à deux vitesses, dans un article paru hier soir (AFP via ReliefWebHaïti: les inégalités exacerbées face à la menace de l’ouragan Matthew. 

Achat de provisions pour plusieurs dizaines de dollars ou résignation devant l’impossibilité de se protéger: les inégalités entre la minorité riche d’Haïti et la très large majorité de pauvres sont exacerbées face à la menace du puissant ouragan Matthew qui devrait toucher le pays lundi. (Amélie Baron, AFP)

Les informations et mesures de précaution sont relayées par la radio, la télévision et les journaux et bien sûr par les médias sociaux. Mais nombreuses étaient les personnes en Haïti qui n’étaient pas au courant ce week-end qu’un ouragan arrivait sur le pays… notamment dans les zones éloignées de Port-au-Prince, dans les campagnes par exemple.

Equipes humanitaires en route pour Haïti

Le Centre opérationnel national de Secours (COUN) a été activé, ainsi que des centres d’urgence départementaux. Les autorités nationales s’attendent à ce que 20% de la population (2 millions de personnes) soient affectées. Toute la côte Sud est en danger. Une inondation est déjà rapportée à Grand’Anse. A Jacmel, 32 abris sont disponibles. Le Centre Météorologique national (CNM) de Haïti indique que Matthew ca déverser de fortes précipitations qui pourraient atteindre de 200 à 300mm dans les plaines et plus de 300 mm dans les mornes. Des inondations sévères sont attendues, des coulées de boue significatives et des crues subites dans tout le pays, particulièrement dans les départements du Sud, à Grande-Anse, dans le Sud-est et dans l’Ouest.
L’OCHA Haïti a déployé du personnel dans le Sud pour soutenir la coordination et pour donner des évaluations rapides en besoins et également organisé un meeting avec une équipe locale d’humanitaires haïtiens et la protection civile pour réévaluer la situation et discuter des actions en cours et planifiées et des besoins possibles qui pourraient être couvert par la communauté humanitaire avec l’appui de la protection civile.
Le bureau de l’OIM Haïti a des capacités sur place et un grand stock d’articles non-alimentaires. Il a déployé le personnel dans les trois villes principales du Sud. L’OIM a à sa charge environ 15 000 familles vivant toujours dans des camps IDP (déplacés internes depuis le séisme de 2010) et qui sont particulièrement vulnérables.
Préventions pour la mobilité :
*L’aéroport international de Port-au-Prince et l’aéroport de Cap-Haïtien sont fermés depuis le 2 octobre 22h00 heures (locale) jusqu’au 5 octobre 6h00 AM et tous les mouvements aériens en provenance et à destination d’Haïti sont annulés.
*Fermeture des écoles lundi 3 et mardi 4 octobre. Elles serviront d’abri pour les personnes à évacuer
*Trajet inter-départementaux interdits depuis hier 10h
*Sorties en mer  :  toutes les opérations de cabotage dans les zones côtières du pays , en particulier la côte sud et le golfe de la Gonâve jusqu’à nouvel ordre.
Evacuations :
Dimanche (2 octobre) la houle cyclonique et la marée montante avait atteint les îlots sur le bord de l’Ile-à-Vache. Une intervention du Comité Communal de la protection civile et les responsables locaux ont aidé pour l’évacuation de 89 personnes, dont 58 femmes et 14 enfants.
Marie Alta Jean Baptiste, coordonnatrice du DPC a annoncé ce matin (3 octobre) que des évacuations ont été menées pour Jérémie. Plus de 500 personnes ont été évacuées..
Les évacuations ne se sont pas faites dans des conditions très faciles parce que la population est résistante. Nous recommandons à la population, […] il y aura beaucoup d’eau […], de prendre des dispositions pour des évacuations faites sur leur propre initiative, ce sera plus facile […] et nous éviterons la perte de vies humaines […] « 
La protection civile a indiqué que dans le Sud de 576 abris temporaires sont disponibles et peuvent accueillir jusqu’à 88 252 personnes pour une période d’au moins 3 jours.
Les autorités diffusent des avertissements à la radio et à travers les médias sociaux, exhortant les habitants à se déplacer vers les abris, en essayant de contrer une tendance commune pour les gens à essayer de rester dans leurs maisons pour se protéger lors de catastrophes naturelles. Un porte-parole de l’agence de la protection civile, a déclaré que les refuges sont ouverts mais que personne n’est arrivé. En dépit des équipes de fonctionnaires de la protection civile parcourant à pied les rues des Cayes, où le pire de la tempête devrait frapper, exhortant les habitants à se préparer à la tempête, de nombreux Haïtiens semblent ignorer la menace de l’ouragan.
Le plus inquiétant : 55 107 personnes sont toujours dans des camps, sans protection…
Nombre de ménages et de personnes déplacées: Les 3 communes avec la population déplacée la plus élevée sont les suivantes:
1. Delmas: 8 249 ménages (27 384 individus) ;
2. Croix-des-Bouquets: 2.474 ménages correspondant à 10 806 individus;
3. Léogane: 813 ménages correspondant à 3 274 personnes;
Nombre de camps et d’abris temporaires: Les 4 communes avec le plus grand nombre de sites de déplacés sont les suivantes:
1. Delmas: 9 sites de déplacés
2. Léogane: 6 sites de déplacés
3. Croix-des-Bouquets et Tabarre: avec 5 sites chacun.
14 de ces sites sont presque entièrement constitués de tentes. 17 ont un pourcentage de 60% ou plus dans des T-Shelters, c’est-a-dire des abris de transition entre les tentes et les maisons permanentes

T-shelter de base

Selon l’AP, 1 300 abris d’urgence ont ouvert à travers le pays, pouvant accueillir jusqu’à 340.000 personnes.
La Croix-Rouge a déployé environ 3 000 bénévoles dont 1 600 dans les départements du Sud du pays qui seront touchés de plein fouet par la tempête. Trois équipes de bénévoles ont été envoyées pour les problèmes d’eau, d’assainissement, de santé… dans le Sud, à la Grande Anse et dans le Nord-Ouest afin de renforcer les structures déjà existantes. Au cours de la journée de dimanche (2 octobre) ils ont été mobilisés pour sensibiliser la population des zones les plus à risques afin de les évacuer. Des kits familiaux ont été déposés à des endroits stratégiques des départements du Sud pour une réponse rapide, si nécessaire.

Sept embarcations de sauvetage et une vingtaine de sauveteurs récemment recyclés pour des interventions en mer et dans des rivières en crue sont également mobilisés.

Quelle est la situation d’Haïti face à une catastrophe naturelle ?

Six ans après le séisme, les défis humanitaires ne sont plus uniquement associés au tremblement de terre, mais aussi à la pauvreté et à l’inégalité. La population haïtienne reste toujours fortement vulnérable (plus de 60% souffre de pauvreté) et la résilience face aux catastrophes naturelles est très faible, sans oublier la crise institutionnelle et politique et la situation socio-économique complètement détériorée. 

Depuis la mi-2015, la situation du pays s’est beaucoup détériorée en raison de l’interaction de facteurs de risques multiples : environ 55,000 personnes sont toujours déplacées depuis le tremblement de terre et ont besoin d’aide pour avoir accès à des solutions durables ; la vulnérabilité élevée du pays face aux catastrophes naturelles ; l’aggravation de l’insécurité alimentaire en raison du phénomène « El Niño » qui a engendré une grave sécheresse ; la crise migratoire des binationaux avec la République dominicaine (environ 120 000 personnes) et la récurrence des épidémies de choléra.

Situation humanitaire en Haïti (avril 2016 – OCHA Haïti)

selection_135

Réponse humanitaire en Haïti – 2016 (OCHA)

2 réflexions sur “Ouragan Matthew : Haïti manque cruellement de moyens pour faire face… (actualisation)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s