Jemaa el-Fnaa square in Marrakech, Morocco, where global leaders are meeting for the 22nd UN climate summit (Cop22). Photograph: Mosa'ab Elshamy/AP

COP22 : Les villes au centre de l’action mondiale pour le climat (10 novembre)


Le troisième jour de l’Agenda global de l’action de la COP22 a été consacré aux villes et aux établissements humains. Les zones urbaines sont responsables d’environ 70% des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) liées à l’énergie, le secteur de la construction étant responsable de plus de 20% des émissions mondiales.

Selon la Banque mondiale, l’adaptation au changement climatique pourrait coûter entre 80 et 100 milliards de dollars par an, dont 80% devront être investis dans les villes afin d’atteindre l’objectif de maintenir le réchauffement climatique à moins de 2 ° Celsius.

Journée des villes et des établissements humains à la COP22

Marrakech, Maroc, 10 novembre 2016 – Les villes, communes et régions permettent la réduction importante d’émissions de gaz à effet de serre lors de la mise en œuvre de leurs engagements climatiques. Elles agissent localement et forment des partenariats mondiaux, une caractéristique mise en lumière lors de la journée mondiale sur la résilience des villes.

Les dirigeants de l’événement, co-organisé par le PNUE et ICLEI – Gouvernements locaux pour le développement durable (ICLEI), ont également décrit les principales mesures que les gouvernements nationaux peuvent maintenant prendre en partenariat avec eux pour aider à atteindre leurs objectifs locaux qui font partie intégrante du succès de plans d’action climat nationaux, ou contributions déterminées au niveau national (NDC selon le sigle en anglais).

La COP22 a été baptisée la « COP de la mise en œuvre » et la Journée des villes et des établissements humains a mis en évidence le potentiel d’action local pour cette mise en œuvre, axée sur la résilience et l’efficacité des bâtiments.

Gino Van Begin, Secrétaire général de l’ICLEI a déclaré que

« Les nations rassemblées à la COP22 doivent maintenant faire preuve de leadership en fournissant un cadre solide pour appuyer l’action et une feuille de route substantielle pour intensifier l’action climatique et combler l’écart des émissions avant qu’il.ne soit trop tard. L’action climat dans et par les villes, les communes et les régions sera déterminante pour nous assurer de rester sur la voie des 2°C, avec la cible d’atteindre les 1,5°C »

ICLEI est le premier réseau mondial de plus de 1500 villes et régions engagé à construire un avenir durable. En aidant le réseau ICLEI pour devenir, faible teneur en carbone durable, résilient, écomobile, biodiversité, ressources efficaces et productives, saine et heureuse, avec une économie verte et l’infrastructure intelligente, nous avons un impact de plus de 25% de la population urbaine mondiale.

Par exemple, le Pacte mondial des maires pour le climat et l’énergie s’appuie sur les travaux du Pacte des maires et de l’Alliance des maires de l’Union européenne et promet d’être une puissante plate-forme pour les gouvernements locaux pour faire le suivi et communiquer leurs propres engagements climatiques. Le Pacte des Maires regroupe 605 villes, representant 445,581,500 persones dans le monde et 6.15% de la population mondiale.

L’événement, organisé conjointement par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et ICLEI – Gouvernements locaux pour la durabilité, a débuté avec les allocutions d’ouverture de M. Gino Van Begin, Secrétaire général de l’ICLEI, de l’Ambassadrice et Championne de haut-niveau pour le climat de la France, Mme Laurence Tubiana, et de M. Mohammed Nabil Benabdallah, Ministre du Logement et de la Politique Urbaine du Maroc. Chacun a souligné le rôle important que les gouvernements municipaux jouent dans la lutte contre le réchauffement climatique. Les orateurs ont souligné l’importance pour les gouvernements nationaux de fournir un soutien aux gouvernements infra-nationaux pour une action locale sur le climat.

Cette journée dédiée aux Villes et aux Etablissements humains à la COP22 a été l’occasion pour l’Alliance mondiale pour les bâtiments et constructions de lancer une feuille de route pour les bâtiments, en mettant l’accent sur la construction à faible consommation d’énergie et la finance climat, en particulier pour les pays en développement.

Evénéménts importants de la Journée sur la résilience des villes et des établissements humains

  • Un appel a été lancé au cours de cette journée thématique sur les villes et le changement climatique : une large coalition de partenaires composée de réseaux de gouvernements locaux, universités et organisations internationales, organisera une conférence scientifique internationale sur les changements climatiques et les villes en 2018
  • COP22 Side Event: CCFLA contribution – Localizing Climate Finance : Mapping gaps and opportunities designing solutions. La mission de CCFLA est de catalyser et d’accélérer les flux de capitaux supplémentaires pour les villes, de maximiser l’investissement dans les bas-carbone et l’infrastructure résiliente au changement climatique, et combler l’écart d’investissement dans les zones urbaines au cours des quinze prochaines années.
  • L’Alliance pour le leadership en matière de financement climatique des villes (CCFLA) a présenté les principaux résultats du rapport des initiatives des membres de l’Alliance sur les finances infra-nationales et locales. Le rapport confirme que la mise au point des projets en phase initiale (phases de préparation et en amont) est cruciale pour s’appuyer sur des stratégies et des projets climatiques appropriés. Il met en évidence les approches d’ingénierie financière qui soutiennent le développement de stratégies urbaines climatiques en des projets concrets d’investissement urbain qui comprennent des composantes relatives aux co-bénéfices et de gestion des risques.
  • Un nouvel outil a ainsi été lancé pour aider les villes à évaluer les mesures de résilience qu’elles prennent.

De nombreuses actions visant à adapter les zones urbaines au changement climatique ont également des effets positifs sur l’atténuation, et vice-versa, ce qui constitue une double victoire pour l’action climatique des villes. Citons par exemple la rénovation de bâtiments anciens et la construction de nouveaux bâtiments à faible consommation d’énergie et à haute performance énergétique. L’Alliance mondiale pour les bâtiments et les constructions a lancé une feuille de route pour les bâtiments, axée sur les bâtiments à faible consommation d’énergie dans les zones chaudes et tropicales et sur l’amélioration de l’accès au financement, en particulier pour les pays en développement.

Extraits du rapport Action globale pour le climat (Hakima El Haite, Championne de haut-niveau pour le climat du Maroc et Laurence Tubiana, Championne et Ambassadrice pour les négociations sur le changement climatique de la France)

Liens complémentaires :

Traffic and smog in Beijing, China. Photograph: David G Mcintyre/EPA
Traffic and smog in Beijing, China. Photograph: David G Mcintyre/EPA

Matériel compilé par MS Bock-Digne (Planète Vivante). N’hésitez pas à l’utiliser pour des cours, des exposés ou des conférences en citant mon blog…

Une réflexion sur “COP22 : Les villes au centre de l’action mondiale pour le climat (10 novembre)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s