2016_on_track_to_be_hottest_year_on_record_0

2016 prévue comme l’année la plus chaude par l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM)


L’Organisation Météorologique Mondiale (OMM/WMO en En.) a publié le 14 novembre une Déclaration provisoire sur l’état du climat mondial en 2016 qu’elle a présentée ce matin, lors d’une conférence de presse à la COP22.

« Tout semble indiquer que 2016 sera l’année la plus chaude qui ait été observée depuis le début des relevés et que la température moyenne sera même supérieure au record établi en 2015. Selon les données provisoires dont dispose l’Organisation météorologique mondiale (OMM), la température moyenne en 2016 devrait être supérieure d’environ 1,2 °Celsius à ce qu’elle était à l’époque préindustrielle. »

L’OMM souligne dans une note de sa déclaration qu’ « Il existe plusieurs définitions pour ce que l’on appelle « époque préindustrielle», les plus couramment utilisées renvoyant aux années 1850-99 et 1880-99. La valeur de 1,2 °C est valide (au dixième de degré Celsius près) quelle que soit la période retenue. »

La température moyenne de la période janvier-septembre 2016 a dépassé de 0,88 °Celsius la normale de la période 1961-1990 (14 °C), qui est utilisée par l’OMM comme période de référence. Les températures sont montées en flèche les premiers mois de l’année en raison du puissant épisode El Niño de 2015/16 et, d’après des données provisoires, sont restées suffisamment élevées en octobre pour que l’année 2016 soit l’année la plus chaude. Si cela se confirmait, alors le XXIsiècle compterait 16 des 17 années les plus chaudes constatées depuis le début des relevés (l’autre étant 1998).

Les indicateurs relatifs au changement climatique affichent eux aussi des valeurs record. La concentration des principaux gaz à effet de serre dans l’atmosphère continue d’augmenter et atteint des niveaux sans précédent. L’étendue de la banquise arctique est demeurée très faible, en particulier au début de l’année et lors de l’embâcle d’octobre, et la fonte de l’inlandsis groenlandais, très marquée, a débuté particulièrement tôt.

Le Secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale, Petteri Taalas a déclaré au cours de la conférence de presse du 14/11 que « Comme chaque année, les records continuent de pleuvoir. 2015 était exceptionnellement chaude, mais tout indique que 2016 le sera encore plus. L’excédent de chaleur dû au puissant épisode El Niño a disparu, mais le réchauffement de la planète se poursuit. »

«Dans certaines régions arctiques de la Fédération de Russie, la température était supérieure de 6 °C à 7 °C à la normale. Et dans de nombreuses autres régions arctiques et subarctiques de la Russie, de l’Alaska et du nord-ouest du Canada, la température a dépassé la normale d’au moins 3 °C. Or, jusqu’ici, les records de chaleur s’exprimaient en fractions de degré» a souligné M. Taalas.

«Les changements climatiques ont augmenté la probabilité d’occurrence des phénomènes extrêmes et aggravé leurs conséquences. Les vagues de chaleur et les inondations «du siècle» reviennent à intervalles plus réguliers et la hausse du niveau de la mer a accru la vulnérabilité aux ondes de tempête qui accompagnent les cyclones tropicaux» a-t-il ajouté (cf. l’ouragan Matthew en Haïti et sur la côte Est des Etats-Unis).

«L’OMM s’efforce d’améliorer le suivi des émissions de gaz à effet de serre pour aider les pays à les réduire. Le perfectionnement des prévisions climatiques à des échéances allant de la semaine à plusieurs décennies aidera des secteurs clés, comme l’agriculture, la gestion de l’eau, la santé et l’énergie, à mieux planifier l’avenir et à s’adapter. En outre, en axant davantage les prévisions météorologiques et les systèmes d’alerte précoce sur les impacts, on pourra sauver plus de vies, aujourd’hui comme demain. Il faut absolument renforcer la capacité des pays, en particulier les moins développés d’entre eux, à fournir des services climatologiques et diffuser des alertes précoces en cas de catastrophe. Grâce à tous ces outils puissants, il nous sera plus facile de nous adapter aux changements climatiques» a ajouté M. Taalas.
Ce texte est un extrait de la Déclaration provisoire sur l’état du climat mondial en 2016 de l’OMM (14 novembre 2016) et de la conférence de presse donnée ce même jour.

Liens complémentaires :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s