Journée mondiale des zones humides ( 2 février 2017)


WWD17_logo_F_hori_cmjk

La Journée mondiale des zones humides est célébrée chaque année, depuis 1997, le 2 février pour sensibiliser, à l’échelon mondial, sur l’importance des zones humides pour l’humanité et la planète. Elle correspond également à la date anniversaire de la signature de la Convention de Ramsar sur les zones humides, traité international adopté en 1971, dans la ville iranienne de Ramsar pour la conservation et l’utilisation durable des zones humides, qui vise à enrayer leur dégradation ou leur disparition. Leur rôle écologique, mais aussi leur valeur économique, culturelle, scientifique et récréative est ainsi reconnue.

Le thème de la journée pour 2017 : Des zones humides pour la prévention des risques de catastrophes

1) Comment définir les zones humides ?

Le terme « zone humide » est utilisée depuis la fin des années soixante en France. Elle dérive du terme anglais « wetland » apparu pour la première fois aux Etats-Unis au début du XVIIème siècle. C’est une désignation générale qui englobe des milieux où l’eau est le principal facteur qui contrôle le milieu naturel, ainsi que la vie animale et végétale qui y est associée. Les zones humides sont des espaces recouverts d’eau, soit temporairement, soit en permanence.

Elles se situent :

  • À l’intérieur des terres sous la forme de mares, de marais, de tourbières, etc. et agissent comme des zones tampons et des éponges en freinant et absorbant l’eau, réduisant à la fois les crues et les inondations ainsi que les sécheresses grâce au rechargement des nappes phréatiques en eau. Ensuite, l’été, lors des canicules, les milieux humides urbains contribuent au rafraîchissement de l’air par l’évaporation de l’eau contenue dans leurs sols, leurs réservoirs et leur végétation.
    Par ailleurs, leur bon fonctionnement hydraulique évite les effets fâcheux des tassements de terrain si coûteux et, dans une moindre mesure, des feux de forêt et de tourbe.
  • Sur le littoral sous la forme de vasières, de prés salés, de lagunes, de récifs coralliens, de mangroves et autres marais salants qui protègent la côte de la force des vagues, de l’érosion, de
    l’élévation de la mer et des submersions marines, tels des atténuateurs et des remparts naturels, conjuguant la protection des infrastructures et des populations aux merveilles de leurs paysages et des loisirs que ces milieux offrent, ce que ne sauraient faire digues et enrochements. (source : Conservatoire du Littoral)

3) Fiches pédagogique

Cliquer sur chaque fiche (en format jpg) et agrandir Source : Ramsar

La plupart des catastrophes naturelles sont liées à l’eau et le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) prédit des phénomènes encore plus extrêmes à l’avenir, en raison du réchauffement climatique. Par ailleurs, le manque de prise de conscience de l’effet de protection des zones humides contre les événements naturels explique que trop souvent encore ces espaces soient considérés comme des zones abandonnées, non productives etc. et soient parfois comblées ou transformées pour les activités humaines. Les scientifiques estiment qu’environ 65% au moins des zones humides, sur la planète, ont disparu depuis 1900.

The movie tells a story about the importance of wetlands for human beings and issues that these most precious resources are facing. The Ramsar Convention helps people to work together and manage these vital ecosystems.
La vidéo met en valeur l’importance des zones humides pour le bien-être des populations et démontre les ressources et les avantages de leur rôle. La Convention de Ramsar aide et encourage les populations à se rassembler pour protéger les écosystèmes de ces zones.

Des liens pour approfondir la question des zones humides :

* Le site Wetlands International (en anglais) avec de nombreux exemples intéressants sur les risques et le maintien de ces zones pour illustrer une présentation ou un cours

* Le site gouvernemental français « eaufrance » avec un onglet sur les zones humides

Le site de la Convention de Ramsar

* Le Conservatoire du littoral

Image à la Une : Photo MS Bock-Digne, janvier 2007, Mangrove Martinique

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s