Séisme en Equateur : Cartographie, images satellites des zones affectées et aide humanitaire


De nombreux moyens permettent de localiser rapidement les destructions de bâtiments, les glissements de terrain, les routes endommagées, etc. afin, dans un premier temps, de permettre aux secours de se rendre dans les régions les plus touchées et parfois aussi les moins accessibles. Il s’agit d’études faites à partir de cartes (OpentreetMap) et d’images satellites pour que les missions de sauvetage et les organisations humanitaires onusiennes puissent localiser les zones les plus affectées et dresser rapidement des cartes de dommages actualisables.

1) Une cartographie participative, réalisée par des volontaires connaissant bien la région, a été organisée par l’intermédiaire de l’application OpenStreetMap qui avait déjà été utilisée lors du tremblement de terre en Haïti (article Planète Vivante) et au Népal. Dans le cas de l’Equateur (comme dans celui d’Haïti) les maisons, les édifices, les églises, les hôpitaux, les écoles, les collèges, les pharmacies, les locaux commerciaux et les espaces publics (parcs et places) n’apparaissaient pas avec des détails suffisants sur les cartes de Google Maps. Une campagne baptisée « MappingEcuador » dirigée par le géographe Daniel Orellana, professeur à l’Université du Cuenca, a permis de regrouper des spécialistes de la Faculté d’Informatique de l’Ecole Polytechnique Nationale (EPN) qui ont entrepris la cartographie des zones affectées(El Telegrafo).

Exemple de Pedernales (province de Manabi)

Pedernales (Equateur) - Province de Manabi - à gauche cartographie avant séisme, à droite cartographie après séisme OpenStreetMap
Sud de Pedernales (Equateur) – Province de Manabi – à gauche cartographie avant séisme, à droite cartographie après séisme OpenStreetMap
Cartographie de la ville de Pedernales sur OpenStreetMaps
Cartographie de la ville de Pedernales sur OpenStreetMap
Cartographie de Pedernales (détail) sur OpenStreetMap
Cartographie de Pedernales (détail) sur OpenStreetMap (Touche i pour la légende)

Les spécialistes impliqués dans ce projet affirment que 72 heures après le tremblement de terre, il était déjà possible de compter sur de meilleures cartes dans les zones sinistrées (El Telegrafo).

Des cartes ont été également complétées pour le canton de Portoviejo et la ville de Portoviejo, la ville d’Esmeraldas, Rocafuerte, Crucita, Manta, Chone… Pour plus de renseignements, se reporter directement à l’application OpenStreetMap.

Continuer de lire « Séisme en Equateur : Cartographie, images satellites des zones affectées et aide humanitaire »